topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)



Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]

Burundi : la gestion des gisements miniers "émaillée de difficultés" en 2016 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

@rib News, 02/02/2017 – Source Xinhua

La gestion des gisements miniers au Burundi a été émaillée de difficultés" en 2016 à cause de la persistance de l'exploitation "artisanale" des minerais, a reconnu mercredi Côme Manirakiza, ministre de l'Energie et des Mines (MEM).

"Au Burundi comme sous d'autres cieux, la gestion des exploitations artisanales minières, est un casse-tête. Car, les exploitants travaillent en désordre ; ce qui pose problème au niveau de leur encadrement dans un environnement burundais où des exploitations bien structurées de type industriel, sont encore en quantité infime", a-t-il fait remarquer.

La mise en place de l'Office Burundais des Mines et Carrières(OBM) créée en juin 2016 et devenue opérationnelle en octobre dernier, est le créneau porteur d'espoir pour "mettre fin au chaos" en la matière.

Car, a-t-il souligné, avec cette nouvelle structure, la vigilance est de mise pour assurer un suivi régulier et coordonné des exploitations minières éparpillées sur un territoire burundais, couvrant une superficie de 27.834 kilomètres carrés.

De la sorte, a-t-il insisté, un "contrôle étroit" des exploitations minières sur terrain, va inciter et convaincre celles-ci à s'acquitter régulièrement des paiements des taxes ad hoc au profit du trésor public burundais.

Déjà à ce stade, a signalé le ministre, au cours de l'an passé, le payement des taxes et redevances minières des opérateurs dans le secteur minier et carrier, a permis le recouvrement des recettes estimées à 1.879.814.496 FBU (environ un million de dollars) au profit du trésor public.

Dorénavant, a-t-il promis, c'est qu'en s'appuyant sur l'expertise de l'OBM, en 2017, les autorités minières vont "beaucoup sévir" pour que les permis d'exploitation minière soient délivrés "sans aucune opacité" et dans des endroits "bien déterminés" en veillant à la protection de l'environnement.

Le ministre Manirakiza s'est dit heureux de constater qu'avec les quelques mois d'existence de l'OBM, le gouvernement burundais parvient aujourd'hui à "traquer ceux qui sont attrapés en flagrant délit de fraude minière ; lesquels sont déférés immédiatement devant les cours et tribunaux pour être jugés toutes affaires cessantes dans le cadre des procédures de flagrance".

Dans ce cadre, a-t-il révélé, en 2016, l'appareil judiciaire a pu incarcérer 11 individus présumés auteurs de fraude et d'exploitation illégale des minerais, dans le sens de "juguler les interférences malveillantes en la matière, enregistrées par ici par là".

En revanche, il a reconnu que le projet d'exploitation du gisement du nickel de Musongati dans la province de Rutana frontalière de l'ouest de la Tanzanie, "tarde encore à se matérialiser" parce que sa réalisation effective nécessite préalablement la mise en place des infrastructures connexes.

En attendant, a-t-il annoncé, le Burundi pourra au quatrième trimestre 2017, lancer les travaux d'exploitation des "terres rares", un gisement minier découvert dans la localité de Gakara relevant de la province de Bujumbura-rural, située au sud-est de la Mairie de Bujumbura. 


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition


Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2014