topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)



Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]

Crise au Burundi : «Ndondeza», une campagne pour retrouver les disparus Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

RFI, 25-02-2017

La crise politique, qui touche le Burundi depuis près de deux ans, est caractérisée par de graves et massives violations des droits humains, selon les ONG et l'ONU. Selon ces organisations, cette crise aurait déjà fait de 500 à un millier de morts, des milliers de personnes arrêtées et jetées en prison, près de 400 000 exilés, ainsi que des centaines de cas de disparitions forcées, des gens arrêtés par les services burundais de sécurité et dont on ne retrouve plus de traces, certains depuis bientôt deux ans. Une association de la société civile burundaise aujourd'hui interdite, le Focode, a lancé depuis avril la campagne « Ndondeza », « Aidez-moi à retrouver le mien ».

La décision de lancer la campagne Ndondeza est née il y a maintenant dix mois, pour que ces centaines de personnes portées disparues ne tombent pas dans l'oubli, et que justice soit rendue aux leurs.

« Nous avons vu une situation horrible pour les familles qui perdent les leurs, qui passent dans tous les cachots qui demandent : "vous avez arrêté mon mari, vous avez arrêté mon fils, où est-ce que vous l’avez-vous mis ?", alors aujourd’hui nous portons la voix de toutes ces familles », explique l’initiateur de cette campagne, Pacifique Nininahazwe, une figure de la société civile indépendante du Burundi en exil.

Le Focode a publié vendredi son 17e cas, celui d’Augustin Hatungimana, arrêté par la police et les services secrets burundais en décembre 2015. Selon cette campagne, sa trace a été perdue au fond des cachots de la police.

Le travail du Focode est un travail de fourmi, qui exige de grandes précautions pour ceux qui doivent enquêter clandestinement sur le terrain burundais. L'organisation ne publie un dossier que lorsqu'elle est parvenue à reconstituer dans les moindres détails les circonstances de l'arrestation d'une victime, puis son parcours jusqu'à ce que, tout à coup, on perde sa trace.

Autre condition avant qu'un cas ne soit rendu public : l'accord de la famille, mais à chaque fois le dossier est d'abord envoyé aux autorités burundaises, notamment les ministres de la Justice, de la Sécurité publique ou encore le procureur général, explique le président du Focode.

« Jusqu’ici, malheureusement, ils ne nous répondent pas, c’est comme si de rien n’était. Mais nous allons continuer à documenter tous ces cas et nous espérons aussi que ces cas pourront être des sources importantes pour la Commission d’enquête internationale sur le Burundi. »

Sans oublier la Cour pénale internationale, dit-il. Son parquet a ouvert une enquête préliminaire sur les graves violations des droits humains commis au Burundi depuis le début de cette crise.


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition


Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2014