topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


KENYA : UN MEMBRE DE LA COMMISSION ÉLECTORALE DÉMISSIONNE ACCUSANT SES COLLÈGUES DE PARTIALITÉ POLITIQUE : "La commission dans son état actuel ne peut certainement pas garantir une élection crédible le 26 octobre 2017. Je ne veux pas faire partie d'une telle parodie", a affirmé mercredi Roselyn Akombe dans un communiqué daté de New York. [BBC Afrique, 17 octobre 2017] ● Pour le fil complet des informations : Cliquez sur "Toute l’actualité" [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Bujumbura "dénonce" un rapport transmis au Conseil de sécurité de l'ONU Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diplomatie

@rib News, 28/02/2017 – Source Xinhua

Le gouvernement burundais a dénoncé lundi le rapport transmis le 23 février au Conseil de sécurité des Nations Unies par le secrétaire général de l'ONU sur la situation au Burundi.

Dans ce rapport, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est dit "inquiet" des récents propos du président burundais Pierre Nkurunziza tenus fin décembre 2016 évoquant l'éventualité de briguer un autre mandat présidentiel à la future élection présidentielle de 2020.

Dans une conférence publique tenue le 30 décembre au chef-lieu de la province de Rutana (est), le président Nkurunziza a indiqué que "si le peuple burundais le demande", il pourrait se représenter à la prochaine élection présidentielle burundaise, attendue en 2020.

Pour le secrétaire général ed l'ONU, cela "risquerait d'intensifier la crise et saper les efforts consentis en vue d'une solution durable à la crise burundaise".

Un communiqué signé Philippe Nzobonariba, secrétaire général et porte-parole du gouvernement burundais, indique que Bujumbura, "tout en se réjouissant du travail accompli de commun accord avec les Nations Unies particulièrement à partir du début des années 2000, regrette cependant qu'aujourd'hui, certains lobbies aux intérêts et positions avérés contre le Burundi semblent avoir la main haute sur certains organes des Nations Unies, jusqu'à influencer certains rapports".

Le communiqué ajoute que le dernier rapport sur la situation au Burundi, destiné au Conseil de Sécurité de l'ONU et qui a été largement rendu public bien avant sa publication par les médias français, en constitue l'exemple le plus parlant.

"Le gouvernement du Burundi voudrait rappeler à son Excellence Monsieur le Secrétaire Général de l'ONU que l'auteur du rapport à savoir M. Jamal Benomar, a été officiellement désavoué par le gouvernement (burundais). Il ne peut donc pas, ne serait-ce que du point de vue moral, présenter un rapport neutre ou équilibré sur le Burundi", martèle le communiqué.

Nommé en novembre 2015 au poste de conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU sur la résolution des conflits dont celui du Burundi, le diplomate britanno-marocain Benomar s'est vu récuser en octobre 2016 par le gouvernement du président Nkurunziza.

Le 15 février dernier, pour justifier sa décision de ne pas envoyer de délégués au dialogue politique externe interburundais organisé du 16 au 18 février 2017 à Arusha (nord de Tanzanie), le gouvernement burundais a indiqué que la présence du diplomate Benomar sur la liste des invités, ne garantissait pas la sérénité des travaux.

Le 21 février, par le biais de son ambassadeur aux Nations Unies Albert Shingiro, le gouvernement du président Nkurunziza, a réiétéré sa requête portant remplacement au poste de conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU sur la résolution des conflits traitant du Burundi.

Bujumbura a rappelé que le Conseil de sécurité est régi par des règles qui s'appliquent de manière égale et équitable à tous les Etats membres de l'ONU, dénonçant une "pratique du deux poids, deux mesures".

L'ONU devrait considérer le Burundi comme un Etat souverain au même titre que ses autres membres et le traiter en tant que tel, insiste le communiqué en laissant entendre que "si aucun Etat n'est au-dessus des règles de l'ONU, c'est qu'aucun non plus ne peut être traité en dessous de celles-ci".

Le gouvernement burundais a saisi l'occasion pour demander au Conseil de sécurité des Nations Unies, de le consulter pour la désignation du remplaçant du diplomate Benomar au poste de conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU sur la résolution des conflits traitant du Burundi.

Pour le gouvernement burundais, c'est le remplaçant de l'ambassadeur Benomar qui devrait négocier avec les autorités burundaises, le projet d'accord sur le siège de l'Office du Haut Commissaire aux Droits de l'Homme des Nations Unies au Burundi.


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher