topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)



Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]

Rwanda : l'épouse rwando-britannique d'un opposant détenue par la police Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

@rib News, 04/03/2017 – Source AFP

L'épouse rwando-britannique d’un membre de l’opposition rwandaise en exil, portée disparue depuis deux semaines au Rwanda, est aux mains de la police rwandaise qui l’accuse de "crimes graves", ont annoncé vendredi la police et son mari.

Les autorités rwandaises "ont reconnu détenir Violette et semblent l’accuser de travailler avec des criminels", a déclaré à l’AFP Faustin Rukundo, époux de Violette Uwamahoro (photo), assurant tenir cette information des autorités britanniques.

Sollicité par l’AFP, le porte-parole de la police rwandaise, Theos Badege, a renvoyé à ses déclarations au journal pro-gouvernemental en ligne KT Press. Il y indique que Mme Uwamahoro a été arrêtée à la suite d’informations faisant état de son implication "dans des activités criminelles constituant des crimes graves, y compris des tentatives de recruter des personnes dans un réseau criminel".

Selon M. Rukundo, qui dément toutes les accusations portées à l'encontre de son épouse, les autorités rwandaises avaient précédemment démenti la détenir.

Violette Uwamahoro, qui possède la double nationalité rwandaise et britannique et vit depuis 2004 en Royaume Uni, n’avait plus donné signe de vie depuis le 14 février, alors qu’elle se trouvait au Rwanda pour assister aux obsèques de son père.

Son époux est un cadre du Congrès national Rwandais (RNC), parti d’opposition en exil formé par d’anciens proches du président rwandais Paul Kagame et que Kigali qualifie de "terroriste".

Resté au Royaume Uni, M. Rukundo, avait dénoncé dans la presse britannique l'"enlèvement" de son épouse par les services de renseignement rwandais, et l’avait lié à ses propres activités politiques. Il assure que sa femme n’est pas engagée politiquement.

Theos Badege a démenti les accusations d'enlèvement et assuré que le Royaume Uni "était informé par le biais des canaux officiels" de la détention par la police de Mme Uwamahoro, sans préciser la date de son arrestation.

Un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères a indiqué à l’AFP que Londres fournissait "une assistance à une Britannique et à sa famille à la suite de son arrestation au Rwanda" et était en contact avec les autorités rwandaises.

Dans un communiqué publié vendredi, Human Rights Watch (HRW) a appelé les autorités à "promptement présenter Violette Uwamahoro devant un juge et l’inculper d’une infraction crédible, ou la libérer" et dénoncé "une tendance de détentions au secret au Rwanda ces dernières années, concernant souvent des personnes soupçonnées de liens avec des opposants au gouvernement".

Pour que la présidentielle d'août 2017 soit crédible, "les citoyens rwandais devront pouvoir être en mesure de participer au processus électoral sans craindre que leurs proches disparaissent ou soient détenus au secret s’ils osent parler", a estimé Ida Sawyer, directrice pour l’Afrique centrale de l’organisation de défense des droits de l’Homme.


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition


Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2014