topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Défections en cascade dans les rangs de l’opposition au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

PANA, 06 mars 2017

Bujumbura, Burundi - L’ancien ambassadeur du Burundi en Belgique, Félix Ndayisenga, a allongé la liste des défections au sein du Conseil national pour la défense de l’accord d’août 2000, à Arusha, en Tanzanie et l’Etat de droit (Cnared), en rentrant d’exil, dimanche soir, après avoir claqué la porte, «pour des désaccords» avec cette principale plate-forme politique de l’opposition basée à l’étranger, affirme-t-il.

[Photo : Félix Ndayisenga, de retour d’exil, à son arrivée dimanche 5 mars à l’aéroport de Bujumbura]

M. Ndayisenga a fait allégeance au Conseil national pour la défense de la démocratie/Forces de défense de la démocratie (Cndd-Fdd) en tant que parti d'origine, actuellement au pouvoir.

La défection de ce diplomate de carrière intervient au lendemain de l’élection d’une nouvelle direction du Cnared, emmenée par Charles Nditije, un professeur d’université, actuellement réfugié en Belgique, en remplacement de Jean Minani, un vétéran plus connu de la politique burundaise, également en exil à l’étranger.

Le nouveau chef de file de l’opposition radicale n’exclut «aucune option» pour faire tomber le régime burundais, «s’il s’obstine à refuser une solution négociée» à la crise, partie en avril 2015, de l’officialisation de la candidature du président Pierre Nkurunziza, à un troisième mandat à la tête du pays, jugé contraire à la Constitution et à l’Accord d’Arusha.

Ce combat, pour le moment politique, dure depuis bientôt deux ans et ne semble pas avancer, surtout du fait des dissensions internes qui se font grandes chaque jour davantage.

En janvier dernier, l'ancien président de la République et membre d’honneur du Cnared, Sylvestre Ntibantunganya avait été le premier à fausser compagnie à ses camarades de lutte politique pour rentrer au pays.

Les autres défections enregistrées, ces derniers temps, sont celles de Mme Alice Nzomukunda, Mathias Basabose et de Joseph Ntidendereza, respectivement chargés de la trésorerie, des relations publiques et de la logistique au Cnared.

Les trois personnalités avaient profité de leur participation au quatrième round des pourparlers inter-burundais de paix, du 16 au 19 février, à Arusha, en Tanzanie, pour faire défection et rentrer directement au bercail.

Une trentaine d’opposants politiques résiste toujours à la tentation de rentrer d’exil par peur de représailles, malgré la main tendue du pouvoir burundais.

Dans l’ensemble, le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) estime à près de 400.000 Burundais qui ont fui la crise vers les pays voisins, notamment le Rwanda, la Tanzanie, l’Ouganda et la République démocratique du Congo.


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017