topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)



Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]

RSF dénonce "la guerre de manipulation" menée par le pouvoir burundais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

Reporters sans frontières, 07/03/2017

BURUNDI

Fake News : arme de destruction de la presse indépendante pour le pouvoir burundais

Depuis quelques jours, une polémique a éclaté sur le Net après la publication d’un article erroné du Guardian sur les “fake news”. Le papier voulait illustrer le combat des journalistes burundais en exil et dénoncer la stratégie d'instrumentalisation de l’information par le gouvernement burundais. Il est en réalité devenu un instrument dans la guerre de manipulation que le gouvernement burundais livre à ses opposants.

Dans un article paru le 1er mars 2017, sur le site Afrique du Guardian, la journaliste Rossalyn Warren interviewe trois journalistes burundaises en exil au Rwanda et décrit leur travail au sein du réseau SOS Média Burundi.

Problème : SOS Média Burundi n’a aucun journaliste en exil au Rwanda et les journalistes interrogées travaillent pour un autre média en ligne, Humura. Ce média est une émanation en exil de la très populaire Radio publique africaine (RPA) fermée définitivement depuis avril 2015 par le régime de Pierre Nkurunziza. SOS Média Burundi en revanche est un réseau constitué au lendemain du putsch de mai 2015, de journalistes qui sont toujours dans le pays et fonctionnent, comme décrit dans l’article, en silo, et dans le secret afin de protéger la sécurité de leurs correspondants.

La journaliste a expliqué qu’il s’agissait d’une erreur et qu’elle a confondu les deux médias en rédigeant son papier. Le nom du média pour lequel travaillent les journalistes a été modifié le 4 mars mais l’article est toujours inexact puisqu’il continue d’attribuer le fonctionnement de SOS Média Burund à la radio en ligne HumuraSOS Médias Burundi a publié dans la foulée, le 5 mars un communiqué désavouant l’article du Guardian.

L'affaire aurait pu s'arrêter là, si le pouvoir burundais n'avait pas cherché à l'exploiter en sa faveur, le contrôle de l'information dans le pays étant devenu un enjeu crucial depuis 2015.

Tempête dans la twittosphère

L’article a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux et de fait, mis en danger les journalistes de SOS Média Burundi, qui se retrouvent aujourd’hui attaqués de toute part.

Les journalistes au Burundi se sont sentis menacés car cet article les associait au Rwanda. Une carte de visite dangereuse quand on connaît les relations actuelles plus que tendues entre les deux voisins.

Mais surtout l’article erroné du Guardian et le démenti de SOS Média Burundi font les choux gras des propagandistes du gouvernement. Le conseiller en communication de la présidence, Willy Nyamitwe, n’a pas manqué de transformer l’erreur de la journaliste en “mensonges”, alimentant ainsi la théorie gouvernementale d’une presse internationale partisane et du “complot international” contre le Burundi.


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition


Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2014