topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : le pouvoir accusé d'imposer des cotisations forcées Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

@rib News, 05/04/2017 – Source AFP

Le parti au pouvoir au Burundi, le CNDD-FDD, est accusé de faire payer des "cotisations forcées" pour financer entre autres la construction de permanences ou de monuments en son honneur, par des citoyens et des opposants qui évoquent un "racket".

Des membres de l'opposition et de la société civile, ainsi que de simples citoyens, contactés par l'AFP, ont dénoncé ce système de cotisations, utilisé selon eux dans tout le pays.

Ces cotisations sont perçues pour aider au développement local, bâtir des écoles, ou encore au titre de la solidarité avec les communes affectées par la crise alimentaire.

Mais elles servent aussi à payer les permanences du CNDD-FDD. Et les monuments à la gloire du parti, qui se construisent actuellement un peu partout et portent des inscriptions du genre : "Nous avons consenti des sacrifices pour arriver à la tête de ce pays, on ne le lâchera pas".

Les montants sont modulés en fonction de la profession. Un paysan paye l'équivalent d'un euro, un taxi-moto environ quatre euros, et un petit commerçant entre 60 et 80 euros, ont expliqué des habitants de la province de Cibitoke (nord-ouest).

"Je suis médecin et dans mon cas, ils ont prélevé 30.000 francs burundais (13 euros) de mon compte comme contribution à la construction de la permanence du parti au pouvoir dans la commune de Rugombo", dans la province de Cibitoke, a indiqué un homme joint par téléphone.

"C'est une cotisation forcée, car je n'avais pas prévu de le faire et je ne suis pas membre de ce parti. C'est un racket et j'ai payé pour ne pas subir de représailles", a-t-il protesté, sous couvert d'anonymat.

Quatre autres habitants de la province - un commerçant, un paysan, un enseignant et un taxi-moto - ont confirmé avoir été obligés de payer. L'obligation en est faite aussi bien à ceux qui ne sont pas membres du CNDD-FDD qu'à ceux qui le sont.

Le deuxième vice-président burundais, Joseph Butare, originaire de Cibitoke, a ainsi payé 4 millions de FBU (1.800 euros) au titre du développement provincial, selon une liste de "cotisations volontaires" consultée par l'AFP.

Les Imbonerakure, la Ligue de jeunesse du CNDD-FDD, qualifiée de milice par l'ONU, sont chargés de contrôler que les gens sont à jour de ces cotisations, selon les habitants de Cibitoke ayant parlé à l'AFP.

Toutes les cotisations ne sont toutefois pas prélevées par le CNDD-FDD. Certaines le sont par l'administration locale.

- Système d'extorsion -

A Cibitoke, le gouverneur exige que soient affichées les listes de ceux qui n'ont pas encore payé les cotisations pour le développement, selon les habitants.

Et dans de nombreuses communes du pays, un reçu attestant du paiement de la cotisation pour la construction des écoles est indispensable pour pouvoir inscrire son enfant à l'école.

Le secrétaire-général adjoint du CNND-FDD, Joseph Ntakirutimana, a récusé ces accusations, assurant à l'AFP qu'à Cibitoke "il n'y a eu de tels cas (liés à la construction d'une permanence) que sur une seule colline et les gens se sont mis à généraliser".

Le n°2 du CNDD-FDD a nié farouchement l'idée d'un système "généralisé" de corruption au profit du parti, toutes les contributions étant selon lui "volontaires".

Une source administrative a défendu le recours aux cotisations par la nécessité pour le Burundi de "compter sur ses propres forces", après avoir été frappé de sanctions internationales.

Mais ces pratiques suscitent un vif rejet de la population, dans un pays plongé dans une grave crise depuis l'annonce en avril 2015 de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat controversé et sa réélection en juillet de la même année.

"C'est une honte, on nous oblige à payer alors que le pays est en crise et qu'on gagne à peine de quoi manger", s'est indigné le taxi-moto contacté par l'AFP.

Le Burundi est le troisième pays le plus pauvre du monde en 2016, selon le FMI. D'après la Banque mondiale, 64,9% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Le vice-président du parti Frodebu, Léonce Ngendakumana, un des rares leaders d'opposition à ne pas s'être exilé, a dénoncé "un véritable racket à travers tout le pays".

"Ce parti se comporte désormais un véritable parti unique", s'est-il emporté. "Ils sont en train d'ériger des monuments de leur parti qui sont de véritables symboles de haine sur toutes les collines du pays."

Gabriel Rufyiri, le président de l'Olucome, la principale organisation de lutte contre la corruption au Burundi, a pour sa part pointé du doigt "un système d'extorsion de fonds qui frappe le pauvre et le riche, les sociétés publiques et privées".


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017