topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
EAC : le Burundi note deux "gros obstacles" pour la politique industrielle commune Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

@rib News, 24/04/2017 – Source Xinhua

Deux "gros obstacles" se dressent sur le parcours de la mise en œuvre de la politique industrielle commune au sein des pays membres de la Communauté d'Afrique de l'Est/East african Community (CAE/EAC), le manque de fonds et d'électricité, estime Serge Birizanye, directeur du développement industriel au ministère burundais du Commerce, de l'Industrie et du Tourisme.

Fondée en 2000, l’EAC regroupe à ce jour six Etats, à savoir le Kenya, la Tanzanie et l'Ouganda, le Burundi et le Rwanda dont l'adhésion remonte à l'an 2007, ainsi que le Soudan du Sud récemment admis dans cette organisation d'intégration régionale africaine en 2016.

M. Birizanye s'exprimait lundi à Bujumbura au cours d'une interview accordée à Xinhua en marge de l'ouverture des travaux des assises régionales sur l'industrialisation à l'intention des experts de l’EAC ad hoc prévues pour une semaine dans la capitale burundaise pour faire l'état des lieux sur la conception et la compétitivité industrielle dans cinq Etats membres de cette communauté (Kenya, Tanzanie, Ouganda, Rwanda et Burundi).

"Le premier gros obstacle au niveau de la mise en œuvre de la politique industrielle commune au niveau de l’EAC, c'est le manque cruel des fonds pour financer le secteur industriel dans cette sous-région africaine, avec pour effet pervers une peur omniprésente du risque à encourir dans le camp des investisseurs privés dans ce secteur certes vital pour la croissance économique ; mais exigeant cependant des moyens financiers immenses", a-t-il précisé.

Elaborée depuis 2009 au niveau de l'expertise régionale et validée en 2009 par un sommet des chefs de l’EAC, la politique industrielle commune pour cet espace régional qui abrite plus de 130 millions d'habitants, est articulée sur trois axes-clés : compétitive industrielle, croissance économique et création d'emplois manufacturiers.

La seconde entrave majeure à laquelle font face les pays de l’EAC au niveau de leur politique industrielle commune, "et qui d'ailleurs, englobe bien d'autres défis sous-jacents", est la quasi-indisponibilité de l'énergie électrique, a-t-il ajouté.

"Car, quoique qu'ils fassent, ces pays de l’EAC ne peuvent aujourd'hui prétendre au développement industriel sans énergie", a-t-il renchéri.

Toutefois, le directeur Birizanye a indiqué qu'aux horizons futurs "non lointains", l'on décèle déjà des créneaux porteurs d'espoir incarnés par les perspectives d'interconnexion électrique au sein de cette sous-région africaine des Grands Lacs.

"Nous assistons en effet à des interconnexions électriques en cours entre la République Démocratique du Congo (RDC) et la Tanzanie d'une part, et entre la RDC et le Burundi d'autre part ; et, très prochainement, il est attendu une interconnexion de très grande ampleur, qui partira de la Corne d'Afrique en Ethiopie jusque dans l'espace régional couvert par les pays membres de l’EAC", a-t-il signalé par ailleurs.

Pour lui, si l’EAC parvient à résoudre ce défi énergétique pour le court et moyen termes, nul doute qu'un coup d'accélérateur sera donné à l'essor industriel dans cette partie de l'Afrique.

Il a ajouté que selon les projections sur base des "décideurs politiques et partenaires financiers" en matière énergétique au niveau de l'espace régional couvert par l’EAC, d'ici l'horizon 2020, cette sous-région pourrait bénéficier d'un accès légèrement meilleur à l'énergie électrique.

Par ailleurs, M.Birizanye s'est dit heureux de constater que six ans (2011-2017) après la validation de la politique communautaire de l’EAC en matière de développement industriel, on relève des acquis à saluer au niveau de l'épanouissement industriel au sein de ces pays partenaires

A titre illustratif, il a souligné qu'un sommet des chefs d'Etat de l’EAC tenu à Nairobi (Kenya) en février 2016, a été sanctionné par une décision portant abolition au sein de cet espace régional, de "l'importation des chaussures de seconde main et des vêtements usagés communément dénommés friperies" en vue d'accroître la création d'emplois au sein de chaque Etat membre de cette communauté.

"En s'y penchant de près, on découvre aisément qu'au-delà de cette mesure, au demeurant salutaire pour la protection des industries locales émergeantes au sein de l'espace régional de l’EAC; les populations locales en tirent aussi comme dividendes importantes, la prévention contre l'importation tacite des maladies véhiculées par ces chaussures de seconde main et ces vêtements usagés, qui sont des produits ramassés par ici par là dans des pays dits développés, notamment ceux d'Europe", a-t-il fait remarquer. 


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher