topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le Burundi veut décourager les unions libres hors mariage Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

PANA, 09 mai 2017

Protection rapprochée de l’institution du mariage au Burundi

Bujumbura, Burundi - Les couples vivant actuellement en union libre ont deux mois pour régulariser leur situation devant un officier de l’état civil, faute de quoi, ils s’exposeront à la rigueur de la loi, a-t-on appris, mardi, lors d'un atelier de sensibilisation des intervenants en matière d’état civil burundais sur cette pratique contraire à la « religiion », protégée institutionnellement par le mariage dans un pays à dominante catholique.

Le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, est monté, en personne, au créneau ces derniers temps pour décourager publiquement les unions libres, la polygamie, la polyandrie, mais aussi la prostitution, des phénomènes, à ses yeux, à l’origine de nombreux conflits familiaux.

Au Burundi, dans certaines régions, il est de notoriété publique qu’on change facilement de conjoint, selon que la récolte de café ou de riz a été bonne pour rapporter suffisamment d’argent. Les lois en vigueur ne protègent que les mariages monogamiques, consommés entre un seul homme et une seule femme, devant un officier de l’état civil.

Le code pénal burundais, dans l’état actuel, n’est cependant pas suffisamment dissuasif de ces pratiques qu’on attribue généralement « aux riches », capables de se dédouaner, en cas d’infraction, à en juger aux sanctions y relatives.

«Quiconque, étant engagé dans les liens du mariage, en aura contracté un ou plusieurs autres, avant la dissolution du précédent, sera puni du chef de polygamie ou de polyandrie. Une sanction pénale allant de six mois à deux ans et d’une amende de vingt mille francs à cent mille francs burundais » (entre 11 et 58 dollars américains), prévoit l’article 530 du code pénal.

En matière de concubinage, l’article 531 du même code stipule que « le conjoint, convaincu d’avoir entretenu un concubin ou une concubine, est condamné à une amende de cinquante mille francs à cent mille francs » (29 à 58 dollars américains).

En cas d’adultère (l’union sexuelle d’une personne mariée légalement et dont le mariage n’est pas dissous, avec une personne autre que son conjoint), l’article 527 stipule que « le conjoint, ayant commis un adultère, est puni d’une amende de vingt mille francs à cent mille francs » (11 dollars).

S’agissant du phénomène de l’homosexualité, une loi criminalisant cette pratique sexuelle entre personnes de même sexe a été votée par le parlement burundais en 2009. Jusqu’alors, la loi ne faisait pas mention de l’homosexualité au Burundi. Au terme de l’article 567 du code pénal révisé en 2009, les relations homosexuelles sont passibles de peines pouvant aller jusqu’à deux ans de prison.


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher