topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

M. Frédéric Nahimana est le nouveau Ministre de la Communication et des Médias. Il a été nommé par le décret présidentiel N¤ 100/136 du 14 septembre 2018. [@rib News, 18/09/2018] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le Burundi rejette d’emblée les conclusions du prochain Conseil de l’ONU aux DH Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

PANA, 03 juin 2017

Bujumbura sur la défensive à la veille d’un Conseil des Nations Unies aux droits de l’homme

Bujumbura, Burundi - Des milieux officiels à Bujumbura prédisaient samedi, que «rien de bon » n’allait sortir du prochain Conseil des Nations Unies aux droits de l’homme dont de précédents rapports avaient déjà été jugés beaucoup «plus politiques que techniques» dans l’approche de la crise burundaise persistante depuis les dernières élections générales controversées de 2015.

Le porte-parole du président burundais, Claude Karerwa, a présumé que le Conseil aux droits de l’homme allait, «une fois de plus», travailler sur la base de «faux rapports» pour remettre en cause le pouvoir, les «Imbonerakure» (de jeunes militants du parti au pouvoir), les corps de défense et de sécurité gouvernementales dans les atteintes aux droits humains supposés au Burundi.

Le pays sera représenté au prochain rendez-vous de Genève pour défendre le point de vue du gouvernement sur la situation réelle des droits de l’homme au Burundi, a annoncé le porte-parole du président.

Le pouvoir burundais présente généralement la situation du pays comme étant à la paix et à la sécurité depuis l’échec du mouvement insurrectionnel contre le troisième mandat de l’actuel chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza et la tentative de putsch militaire manqué, en mai 2015.

«Malgré une baisse de la violence et une réduction du nombre d’affrontements armés, on continue de signaler des violations des droits de l’homme, notamment des meurtres, des disparitions forcées, des cas de violence sexiste, des arrestations et détentions arbitraires, des cas de torture et de mauvais traitements», apportait la contradiction, en mars dernier, le premier rapport du tout nouveau Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Gouterres.

Le 20 septembre 2016, un autre rapport onusien allait encore plus loin et concluait sur «d’abondantes preuves de violations graves des droits de l’homme par le gouvernement et des personnes qui lui sont associées» ; de possibles «crimes contre l’humanité» et un «grand danger de génocide» au Burundi.

C’est dans ce contexte de tension que le pouvoir burundais a fini par se retirer du « Statut de Rome de la Cour pénale internationale» (CPI) et à suspendre la coopération et la collaboration avec l’antenne locale du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

Par ailleurs, le pouvoir burundais hésite depuis des mois à signer un mémorandum d’entente avec l’Union africaine (UA) sur le déploiement d’au moins une centaine d’observateurs des droits de l’homme et d’experts militaires.

Sur le papier, le Burundi reste néanmoins partie prenante à plusieurs principaux instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits de l’Homme dont le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher