topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
L'ONU dresse le bilan de la crise au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

TV5MONDE, 15 JUIN 2017

Après quatre mois de recherches, une commission d'enquête des Nations unies dresse le bilan de la crise en cours au Burundi depuis que le président Pierre Nkurunziza a décidé de se faire réélire en violant la constitution.

C'est à Genève, devant le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies que Fatsah Ouguergouz est venu faire son rapport de mi-parcours ce jeudi 15 juin 2017. 

Le chef de la commission d'enquête indépendante sur les violences au Burundi va égréner, pendant de longues minutes, la liste des exactions qu'il a consignées en quatre mois d'investigation :

« Nous avons en particulier recueilli un grand nombre de témoignages faisant état, lors de séances de torture, de l'usage de matraques, de crosses d'armes, de baïonnettes, de barres de fer, de chaînes métalliques ou de câbles électriques ayant eu pour effet, dans certains cas, de briser les os de la victime ou de lui faire perdre connaissance. De longues aiguilles qui ont été enfoncées, ou de produits non identifiés, injectés dans le corps des victimes. D'ongles arrachés par des pinces, de brûlures, ainsi que de nombreux sévices sur les parties génitales masculines. »

Les enquêteurs de Fatsah Ouguergouz n'ont pas pu se rendre au Burundi. L'entrée leur a été interdite par les autorités. Ils sont donc allés en Ouganda, en Tanzanie, au Rwanda ou en République démocratique du Congo où s'entassent près de 400 000 réfugiés burundais, forcés de fuir les violences. Des centaines de victimes et de témoins entendus, des dizaines de rapports épluchés. Le constat est sans appel : depuis que le président Pierre Nkurunziza a décidé de se faire réélire en 2015 en violant la constitution, les enlèvements, tortures, viols et exécutions sommaires n'ont pas cessé à l'encontre d'opposants réels ou supposés.

« Plusieurs victimes, généralement de jeunes membres de partis politiques que l'opposition, surtout du Mouvement pour la solidarité et la démocratie, ou des Forces nationales de libération, ou accusés de soutenir ou d'appartenir à des groupes armés, ou encore de détenir des armes à feu, nous ont fait part de tortures systématiques et de traitements particulièrement cruels et inhumains, par des agents du service national de renseignement et de la police », poursuit Fatsah Ouguergouz.

Dans la salle, Renovat Tabu écoute impassible les accusations prononcées à l'encontre du régime qu'il représente. L'ambassadeur burundais aux Nations unies les balaie d'un revers de la main : « C'est un pur copier/coller et un prolongement du rapport de l'ONU contesté par mon pays. Le caractère partial et tendencieux  de ce rapport n'est pas à démontrer. »

Et en effet, une enquête de l'ONU était parvenue aux mêmes conclusions en septembre 2016. La commission d'enquête dirigée par Fatsah Ouguergouz devrait livrer son rapport final à la rentrée 2017. Il devrait établir si les crimes présumés du régime Nkurunziza sont passibles ou non d'être jugés par la justice internationale.

@rib News, 15/06/2017 – Source Xinhua

Burundi: la Commission d'enquête de l'ONU dénonce la persistance d'abus dans un climat de peur généralisé

La Commission d'enquête de l'ONU sur le Burundi a dénoncé la persistance des violations des droits de l'homme dans ce pays, lors de la présentation de son rapport devant le Conseil des droits de l'homme jeudi à Genève, selon un communiqué publié jeudi par l'ONU.

Ces abus ont été perpétrés, selon les enquêteurs onusiens, dans un climat de peur généralisé et les violations ont été entretenues par des discours de haine prononcés par certaines autorités de l'État, des membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure.

"Nous avons été frappés dans nos enquêtes par le sentiment de peur profonde et généralisée qui se dégage des témoignages que nous avons recueillis", ont déclaré Fatsah Ouguergouz, Reine Alapini Gansou et Françoise Hampson, les membres de la Commission d'enquête sur le Burundi, au cours de leur présentation orale devant le Conseil des droits de l'homme. "Nous sommes aujourd'hui en mesure de confirmer nos craintes initiales quant à l'ampleur et la gravité des allégations de violations des droits de l'homme et d'atteintes à ceux-ci commis depuis avril 2015 au Burundi".

"Nous avons été frappés par le caractère particulièrement cruel et brutal des violations qui nous ont été rapportées", ont noté les membres de la Commission.

"Dans plusieurs cas, les actes de torture et les mauvais traitements ont été accompagnés d'insultes violentes et de menaces de mort, y compris à caractère ethnique", ont-ils précisé.

La Commission d'enquête a également documenté des cas de violence sexuelle, particulièrement contre des membres féminins de la famille d'opposants politiques, notamment par des présumés Imbonerakure.

La Commission a regretté une fois de plus le manque de coopération du gouvernement du Burundi et l'absence d'accès au pays.

La Commission d'enquête sur le Burundi présentera un rapport final à la trente-sixième session du Conseil des droits de l'homme, en septembre 2017.


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher