topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Plusieurs questions brûlantes abordées par le Conseil national de sécurité Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

PANA, 22 juin 2017

Bujumbura, Burundi - Le Conseil national de sécurité, dirigé par le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza (photo), a rendu public jeudi, un communiqué de sa réunion ordinaire de la veille centrée sur une série de questions en rapport avec la crise socio-politique persistante autour des élections générales de 2015.

Les autres membres de cet organe consultatif permanent, dont le principal rôle est l’assistance au chef de l’Etat en matière de sécurité intérieure et extérieure, sont les ministres de l’Intérieur, de la Sécurité publique, des Relations extérieures, de la Justice et de la Défense nationale.

Sur le plan politique, le Conseil a abordé la question du dialogue inter-burundais et a estimé qu’il était grand temps de le rapatrier, faute de le clôturer, conformément au calendrier initial que s’est fixé le facilitateur et ancien président de la Tanzanie, Benjamin William M’Kapa.

La paix est une réalité dans le pays et le Conseil a invité le facilitateur á venir au Burundi pour s’en rendre compte par lui-même.

Aucune avancée significative n’a toutefois été encore observée dans ce dialogue inter-burundais qui se passe à l’extérieur du pays et auquel sont associés les opposants en exil.

Le facilitateur n’a réussi à ce jour aucune séance en plénière de tous les protagonistes de la crise en plus d’une année de tractations séparées, marquées par des positions toujours divergentes et radicales sur les voies et moyens de régler le contentieux politique autour des élections de 2015.

Le calendrier du facilitateur parie néanmoins sur la conclusion d'un accord global de sortie de la longue crise burundaise avant la fin de ce mois de juin.

Le conseil s’est par contre réjoui des avancées significatives dans le processus parallèle de dialogue inter-burundais qui a été organisé par l’Etat à l’intérieur du pays, et dont l’une des principales recommandations va dans le sens de réviser la constitution dans sa disposition limitative du nombre de mandats présidentiels.

La crise autour des élections de 2015 était partie de l’officialisation de la candidature de l’actuel chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, pour un troisième mandat jugé contraire à la constitution et à l’Accord d’août 2000, à Arusha, en Tanzanie, sur la paix et la réconciliation nationale, dans les milieux de l’opposition et des organisations de la société civile.

L’opposition estime, de son côté, que le moment n’est pas encore venu de réviser la constitution, tant que subsistera un climat de méfiance et de tensions politiques dans le pays.

Au niveau économique, le Conseil a surtout encouragé les efforts en cours visant à résorber une grave crise énergétique liée, en grande partie, à la sécheresse qui affecte les barrages hydroélectriques du pays et à leur vétusté.

Les activités socio-économiques tournent au ralenti à cause des délestages intempestifs de courant continu, parfois de plusieurs jours durant.

Du côté du gouvernement, on affirme que tout a été mis en œuvre pour régler ce problème lancinant d’ici le mois d’août prochain, sans toutefois plus de précisions sur les solutions en vue.

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher