topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Hommage au Conseil de sécurité des Nations unies dans les rues de Bujumbura Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

PANA, 25 juin 2017

Bujumbura, Burundi - Des manifestants (photo), se revendiquant de la société civile locale, ont rendu hommage samedi, dans les rues de Bujumbura, au Conseil de sécurité pour sa déclaration en milieu de cette semaine, reconnaissant, selon les organisateurs, le retour à la paix au bout d’une longue crise politique née des élections générales controversées et émaillées de violences de 2015 au Burundi.

Les organisations de la société civile ne parlent pas d’une même voix au Burundi où celles passant pour les plus représentatives ont été suspendues et leurs leaders partis en exil à l’étranger pour des raisons de sécurité.

La marche-manifestation de ce samedi, attribuée à des organisations proches du pouvoir, est l'une des rares à soutenir publiquement les Nations Unies qui entretenaient, jusque récemment encore, des relations plutôt houleuses avec le régime burundais, notamment sur le respect des droits de l’homme et des libertés publiques.

La société civile locale semble cependant être allée vite en besogne, à en juger par la déclaration du Conseil de sécurité, plutôt nuancée sur la sécurité du Burundi qui reste «instable», la situation socioéconomique «qui se dégrade» et la récente décision des autorités de mettre en place une commission de révision de la Constitution qui risque de provoquer «une escalade dans la crise», compte tenu du contexte de «fortes restrictions aux libertés civiles».

Le 12 mai dernier, la «Commission nationale de dialogue inter-burundais (Cndi, gouvernementale) avait rendu public un rapport, indiquant qu'une «majorité de burundais» soutient le projet de révision de la Constitution, notamment dans le sens de supprimer les restrictions au nombre de mandats présidentiels.

On attribue généralement l’origine de la crise politique au troisième mandat de l’actuel chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, jugé contraire à la Constitution et l’Accord d’août 2000, à Arusha, en Tanzanie, sur la paix et la réconciliation nationale, dans les milieux de l’opposition.

En matière de sécurité, la nouvelle déclaration du Conseil de sécurité pointe des «attaques à la grenade dans la capitale, ces dernières semaines, ainsi que la répression et l'intimidation des opposants de la part des forces de sécurité et des groupes qui leur sont liés».

Le Conseil se fait, en outre, échos d’un récent rapport du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, relatant des «arrestations, des détentions arbitraires, de la torture et de mauvais traitements à l'égard de membres de l'opposition ou perçus comme tels», au Burundi.

Par ailleurs, «les cas d'incitation à la violence et à la haine ont augmenté depuis avril, notamment à l'occasion des rassemblements des Imbonerakure, les milices de jeunes du parti au pouvoir», indexe la déclaration.

L’indexation des «Imbonerakure» (Ceux qui voient de loin, en langue nationale, le Kirundi), comme étant des «milices», a toujours été rejetée et condamnée par le parti au pouvoir, indiquant qu’il n’avait pas le monopole de la jeunesse militante au Burundi.

Concernant les perspectives d’avenir, la déclaration du Conseil de sécurité encourage le déploiement d’au moins 200 observateurs militaires et des droits de l'homme de l'Union africaine (UA), en renfort à la trentaine d’éléments qui s'y trouvent déjà.

D’un autre côté, le Conseil compte sur la récente nomination, par le Secrétaire général des Nations Unies, de l’ancien président de la transition au Burkina Faso, Michel Kafando, comme Envoyé spécial au Burundi, pour avoir «une meilleure compréhension du processus politique en cours» dans ce pays instable des Grands lacs.

Au niveau économique et humanitaire, la déclaration du Conseil de sécurité s’alarme de «3 millions de personnes dans le besoin d'aide humanitaire et de 2,6 millions exposées à une insécurité alimentaire aiguë, alors que 700.000 autres dépendent d'une aide alimentaire d'urgence».

Le sort de «plus de 400.000 réfugiés et 209.000 déplacés internes» préoccupe également les Nations Unies, tout en notant que le gouvernement burundais avait levé certaines restrictions à l'accès humanitaire.

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher