topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : première visite du nouvel envoyé spécial de l'ONU Michel Kafando Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diplomatie

RFI, 28 juin 2017

Nouvel envoyé spécial de l'ONU au Burundi, Michel Kafando est arrivé à Bujumbura ce 28 juin pour sa première visite depuis sa nomination. Il doit rencontrer aujourd'hui le ministre des Relations extérieures, Alain Aimé Nyamitwe, puis le président Pierre Nkurunziza, le 29 juin. Il poursuivra ensuite sa tournée dans la zone.

Il s'agit pour le moment d'une réunion de prise de contact avant qu'il ne revienne dans la région dès la semaine prochaine pour entrer dans le vif du sujet. Force est de constater qu'il entame sa mission dans un contexte très difficile avec notamment un processus de sortie de crise totalement au point mort.

Au Burundi, les négociations sont totalement en panne. Pour la première fois, le facilitateur dans cette crise, l'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa, vient d'accuser formellement le gouvernement burundais d'en être le principal obstacle par son refus de discuter avec son opposition en exil.

Les pressions de la communauté internationale, les sanctions de l'Union européenne n'y ont rien fait. Bujumbura continue de camper sur ses positions. C'est dans ce contexte particulièrement tendu que le nouvel envoyé spécial de l'ONU entame sa première visite au Burundi, une visite protocolaire notamment pour entrer en contact avec le président Pierre Nkurunziza, qu'il devrait rencontrer le 29 juin.

Officiellement, le rôle de Michel Kafando est d'appuyer la médiation initiée par les pays de la région. Il va donc poursuivre cette tournée par la Tanzanie puis l'Ouganda pour y rencontrer Benjamin Mkapa et le médiateur en chef, le président Yoweri Museveni, avant de terminer par le siège de l'Union africaine (UA), à Addis-Abeba.

Son objectif est très simple : tenter de pousser les acteurs de la crise, surtout le régime de Pierre Nkurunziza, à relancer un dialogue au point mort. Certains diplomates parlent d'une mission quasi-impossible.

Cinquième émissaire de l'ONU persona non grata

Deuxième difficulté : cette visite survient alors que les relations entre l'ONU et le régime sont au plus mal. Accusé de graves violations des droits de l'homme depuis le début de la crise, le pouvoir burundais a réagi en décidant de se retirer de la Cour pénale internationale (CPI).

Depuis, il refuse de collaborer avec une commission indépendante de l'ONU chargée d'enquêter sur ces crimes. Il a cessé toute collaboration avec le bureau de l'Office des droits de l'homme au Burundi. Il refuse par ailleurs de mettre en application une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui prévoit le déploiement de quelque 230 policiers au Burundi.

Michel Kafando doit donc essayer de relancer la coopération avec les Nations unies et le gouvernement. Mais la situation est également très difficile sur ce plan. Bujumbura ne voulait plus entendre parler de son prédécesseur, Jamal Benomar.

Michel Kafando est donc prévenu : la moindre critique pourrait lui valoir le même traitement, d'autant que Bujumbura en est déjà à son cinquième représentant spécial de l'ONU déclaré persona non grata, et ce sans aucune conséquence pour le régime.

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher