topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le président tanzanien prie les réfugiés burundais de rentrer chez eux Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

@rib News, 20/07/2017 – Source AFP

Le président tanzanien John Magufuli a appelé les réfugiés burundais à rentrer dans leur pays, après avoir rencontré son homologue burundais Pierre Nkurunziza qui effectuait dans le nord-ouest de la Tanzanie sa première visite à l'étranger en plus de deux ans.

En amont de la rencontre, des diplomates avaient indiqué à l'AFP sous couvert de l'anonymat que M. Magufuli avait été mandaté par les pays de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) pour convaincre Pierre Nkurunziza de participer au dialogue interburundais de sortie de crise.

Rappelant que ce dialogue est au point mort, le gouvernement refusant de discuter avec l'opposition en exil, un de ces diplomates avait dit que "la communauté internationale attend beaucoup de cette rencontre" à Ngara, à une quinzaine de kilomètres de la frontière burundaise. "Magufuli est l'un des rares à pouvoir avoir une influence sur le président burundais".

A l'issue de la rencontre, tenue secrète jusqu'au dernier moment, M. Nkurunziza a d'abord affirmé qu'"aujourd'hui, le Burundi est en paix". "Nous appelons nos frères et soeurs réfugiés en Tanzanie à rentrer au Burundi, pour que nous puissions bâtir notre pays ensemble".

M. Magufuli a renchéri: "Mes frères burundais, je vous prie de rentrer chez vous, pour bâtir votre pays. Vous venez d'entendre votre président, préparez-vous dès aujourd'hui à rentrer chez vous. Je ne vous expulse pas, mais nous devons nous dire la vérité".

Selon le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés, 275.000 Burundais se sont réfugiés en Tanzanie. Les gouvernements burundais et tanzaniens contestent ces chiffres et soutiennent qu'une grande partie des réfugiés sont déjà rentrés au pays.

"Il y en a qui font des réfugiés une affaire rentable, j'ordonne d'ailleurs au ministre de l'Intérieur d'arrêter d'accorder la nationalité (tanzanienne, ndlr) aux réfugiés. Il faut que nous apprenions à servir nos pays", a également déclaré M. Magufuli.

"Ceux qui prêchent que le Burundi n'est pas en paix doivent cesser cet évangile", a-t-il ajouté.

M. Nkurunziza n'avait plus quitté son pays depuis mai 2015. Il se trouvait alors à Dar es Salaam (Tanzanie) pour un sommet de l'EAC, mais était rentré en urgence au Burundi en pleine tentative de coup d'Etat, finalement déjoué.

Le Burundi traverse une crise violente depuis la décision en avril 2015 de Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat controversé, obtenu en juillet de la même année. Des manifestations avaient alors été violemment réprimées et le coup d'État manqué en mai 2015 a fait basculer le pouvoir dans une répression systématique.

Les violences ont déjà fait de 500 à 2.000 morts, selon les sources (ONU et ONG), et ont poussé à l'exil plus de 425.000 Burundais. L'ONU a depuis accusé Bujumbura de graves violations des droits et mis en garde contre un risque de génocide.

Pierre Nkurunziza a été escorté jusqu'à Ngara par un convoi lourdement armé. Il était à la tête d'une "forte délégation" incluant notamment les ministres de la Sécurité publique, de la Défense et des Relations extérieures, selon un communiqué de la présidence burundaise.

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher