topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Rwanda, Burundi, RDC : du gant de velours à la stratégie du chaos Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

RTBF, 04 août 2017

Le Rwanda fait partie des pays des Grands lacs, avec le Burundi, et la république démocratique du Congo. Ces trois pays ont au moins un point commun: leurs leaders accomplissent un 3e mandat, alors que la Constitution l'interdit en principe.

Mais au Burundi et au Congo, cela se passe dans un climat de peur et de violence, alors qu'au Rwanda, Paul Kagamé se maintient au pouvoir comme sur du velours. [Photo (de g à d) : les présidents rwandais Paul Kagame, congolais Joseph Kabila et burundais Pierre Nkurunziza.]

Une main de fer dans un gant de velours

Le président Paul Kagamé a finement joué. Voici un homme qui a délivré son pays de l'enfer du génocide, en juillet 1994. Un génocide déclenché par la majorité Hutu, et qui a fait près d'un million de morts essentiellement des Tutsi.

Paul Kagamé a d'abord été ministre de la défense, avant d'être élu président en 2000 par le parlement. En 2003 et en 2010 il a été réélu au suffrage universel, avec plus de 90% des voix. En principe, après ce deuxième mandat, c’était fini pour lui.

Mais, 15 ans après le génocide, le Front patriotique rwandais, et Paul Kagamé surtout, ont jugé que le pays n'était pas prêt pour l'alternance. Les anciens ennemis Hutu guettent toujours aux frontières, le Rwanda est en pleine reconstruction, et en plein essor économique. Et de toute façon, il n'y pas d'opposition dans ce pays. Les contestataires sont écartés, emprisonnés. Certains ont même été liquidés.

"Paul Kagamé pouvait-il briguer un 3e mandat ?

Encore fallait-il que l’éventuelle réélection de Paul Kagamé soit conforme à la Constitution. En 2015, un référendum a été organisé. La question était: "Paul Kagamé peut-il briguer un 3e mandat ?" 98% des rwandais interrogés ont répondu oui. Par peur ou par conviction? Difficile à dire, Mais le résultat est le même: la Constitution a été modifiée, les compteurs ont été remis à zéro, et donc, techniquement, Paul Kagamé pourrait rester au pouvoir jusqu'en 2034. Il aura alors 76 ans.

La stratégie du chaos

Au Burundi et en République démocratique du Congo, les présidents en exercice ont choisi des méthodes beaucoup moins subtiles pour rester au pouvoir.

Au Burundi, Pierre Nkurunziza aurait dû passer la main en 2015. Il a été élu en 2005, puis réélu en 2010. En principe, il aurait dû céder le pouvoir il y a deux ans. Mais il est resté, au mépris des protestations de la population, et d'une tentative de coup d’état. Le pays est aujourd’hui plongé dans la terreur, et isolé sur la scène internationale. Des centaines de milliers de Burundais ont fui le pays.

A Kinshasa, Joseph Kabila se tait dans son palais

Reste le gros morceau, la République Démocratique du Congo. Dans son palais de Kinshasa, Joseph Kabila donne l’impression de s'accrocher au pouvoir.

Il a été élu une première fois en 2006, puis réélu en 2011. Son deuxième et dernier quinquennat expirait en décembre 2016. Mais il est toujours là. Tous les prétextes sont bons: le recensement de la population qui n 'a pas encore eu lieu. Et puis, les évasions massives de plusieurs prisons, qui sèment le chaos dans les grandes villes. Sans compter les terribles massacres dans le Kasaï, qui ont déjà fait 3000 morts, et un million et demi de réfugiés.

Certains n'hésitent pas à souligner, avec un terrible cynisme, que ces massacres donnent un argument parfait au pouvoir pour geler l’organisation des élections.

Françoise Wallemacq

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher