topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Une thèse de Master finlandaise analyse le dialogue dans la crise du Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Analyses

@rib News, 22/08/2017

Par Juho Takkunen (twitter : @juhotakku)

Outre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza, les désaccords principaux sur la définition de la crise burundaise sont formés autour de la question du droit à dialoguer et des différentes perceptions sur l’essence de la violence dans la crise.

C’est ce que révèle la recherche faite par un étudiant finlandais Juho Takkunen, du programme de Master de la recherche de la paix et des conflits à l’Université de Tampere, en Finlande.

Selon l’étude, il y a des désaccords radicaux entre le gouvernement et le camp d’opposition-société civile principalement basé en Belgique sur la définition de la violence. Le dialogue dans la crise a été réduit à un monologue, bien que le dialogue inclusif est l’objectif de toutes les parties. Ces désaccords expliquent pourquoi il y a des tensions entre les parties en conflit.

La narrative du gouvernement burundais est de refuser le droit au dialogue à l’opposition définie comme « radicalisée », tout comme les « participants au coup d’état manqué », qualifiés comme « terroristes ». De l’autre côté, l’opposition et la société civile soulignent leur droit à lutter contre « le régime illégitime » de Nkurunziza. L’histoire est utilisée dans les narratives des deux parties différemment pour soutenir les points de vue respectifs.

Le gouvernement a souvent décrit la situation au Burundi comme « normale » et nié toute violence, alors que le camp d’opposition-société civile a évoqué une « répression étatique » systématique. Tous les deux camps se s’accusent d’avoir manipulé l’information sur le conflit.

Quant à la question ethnique, il y a plusieurs interprétations présentes. Le gouvernement souligne « l’unité » des Burundais, alors que l’opposition et la société civile parlent parfois d’une chasse à l’homme tutsie ou plus souvent d’une répression de tout opposant. Le discours d’un « risque de génocide » est principalement utilisé par les ONGs internationales.

L’étude, qui a été faite en anglais, porte sur la période entre avril 2015 et mai 2017. Elle a été faite en interviewant des membres de la diaspora burundaise en Belgique, dont un diplomate, un ex-diplomate, un activiste de la société civile, un journaliste et un membre de la plateforme CNARED. En plus, le matériel inclut des discussions entre Burundais sur Twitter et Facebook, des articles de médias sur la crise burundaise et un vidéo-documentaire par France24.

Il s’agit de l’un des premières études sur la crise actuelle qui perdure au Burundi faite du point de vue des acteurs locaux et de la diaspora burundaise.

La directrice du mémoire était la chercheuse Élise Féron. Il est possible de lire l’étude en entier sur le site de l’Université de Tampere.

Accéder à la publication : Cliquez-ici

 
Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher