topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : PARCEM appelle à la "protection" de l'Accord d'Arusha du 28 août 2000 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

@rib News, 28/08/2017 – Source Xinhua

L'Accord d'Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi (AAPRB) conclu en 2000 à Arusha (nord de Tanzanie) entre les protagonistes du conflit burundais doit "être protégé" pour sauvegarder "à jamais" la cohésion nationale, a plaidé lundi une association sans but lucratif (ASBL) burundaise.

Le 28 août 2000 où l'accord d'Arusha a été signé, est "une date historique mémorable rappelant le jour à les Burundais se sont engagés à enterrer définitivement la hache de guerre, en décidant de se réconcilier avec eux-mêmes", a déclaré Faustin Ndikumana (photo), président de l'association PARCEM (Parole et Action pour le Réveil des Consciences et Changement des Mentalités).

M. Ndikumana intervenait à l'occasion du 17ème anniversaire de la signature de cet accord de paix (28 août 2000-28 août 2017) grâce à une médiation internationale assurée par l'ancien président sud-africain, feu Nelson Mandela, sous l'égide de "l'Initiative Régionale de paix sur le Burundi" conjointement présidée par l'Ouganda et la Tanzanie, et en présence "d'augustes" personnalités au plan mondial comme l'ancien président américain Bill Clinton.

Pour lui, l'AAPRB est une "solution idoine" aux crises répétitives ayant longtemps endeuillé le Burundi et marque la volonté des Burundais de résoudre tout contentieux politique, "non pas par l'usage de la force", mais par un dialogue.

Cet accord de paix a déjà prouvé que le dialogue est le seul moyen pour asseoir une "paix sûre et durable" au Burundi, a-t-il insisté.

L'AAPRB rappelle aussi le "rôle-clé" joué par les instances de la communauté internationale, en l'occurrence l'ONU et l'Union Africaine (UA), a-t-il ajouté.

"Pour avoir désigné comme médiateur sur la crise burundaise d'alors une personnalité d'une grande responsabilité dans le monde d'un profil comme Nelson Mandela, la communauté internationale aura joué un rôle fondamental dans cette crise et montré son attachement au peuple burundais", a-t-il martelé.

Cet accord de paix est marqué par quatre axes fondamentaux au niveau des innovations dans la gouvernance burundaise, a poursuivi M. Ndikumana en citant notamment les réformes introduites au niveau des corps de défense (armée) et de sécurité (police) et du partage du pouvoir politico-économique et social.

"En effet, la cause des crises cycliques burundaises étant par essence l'exclusion, l'accord de paix interburundais d'Arusha est devenu ipso facto l'ultime solution et a rendu possible le retour vers les élections parce qu'il a été un tremplin pour que le Burundi recouvre la voie de la démocratie et de la réconciliation", a-t-il affirmé.

Pour M. Ndikumana, on ne saurait parler de l'importance de l'AAPRB sans souligner "son caractère inclusif".

Les anciens mouvements armés burundais signataires des accords postérieurs de cessez-le-feu tels que celui conclu le 16 novembre 2003 à Pretoria (Afrique du Sud) avec le Conseil National pour la Défense de la Démocratie-Forces de Défense de la Démocratie (CNDD-FDD), ainsi que celui signé le 7 septembre 2006 à Dar-Es-Salaam (Tanzanie) avec le Parti de Libération du Peuple Hutu-Forces Nationales de Libération (PALIPEHUTU-FNL), ont souscrit également aux clauses de l'AAPRB; selon lui.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher