topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Violences meurtrières dans le Sud-Kivu : encore des zones d'ombre Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

RFI, 19-09-2017

En RDC, le numéro deux de la force onusienne Monusco était lundi 18 septembre 2017 à Kamanyola (Sud-Kivu), où 37 réfugiés burundais et un militaire congolais ont été tués vendredi à quelques centaines de mètres d'une base des Nations unies. L'Américain David Gressly a rencontré les familles de victimes pour leur présenter ses condoléances (photo), mais aussi les autorités locales et coutumières congolaises.

Les faits restent à établir. Pour le gouvernement congolais, qui a ouvert une enquête, ce ne sont pas de simples réfugiés burundais mais un véritable groupe armé qui s'en est pris à un poste de l'Agence nationale des renseignements (ANR), vendredi à Kamanyola, débouchant sur le bilan que l'on sait.

L'ONU a également ouvert une procédure. La Monusco dit enquêter sur un possible usage abusif de la force, mais aussi sur le comportement de ses casques bleus. La force des Nations unies dit vouloir s'assurer que ces derniers ont agi conformément à leur mandat en République démocratique du Congo.

Selon la version donnée par les casques bleus pakistanais présents sur place, les troubles ont commencé à 16h45. Des réfugiés burundais manifestaient devant le siège de l'ANR et les premiers coups de feu ont retenti. Immédiatement, les soldats de la mission onusienne se sont préparés à sortir.

A quelle heure sont arrivés les éléments de la Monusco ?

Ils seraient partis à 17h15, pour une arrivée sur les lieux à peine dix minutes plus tard. Si ces délais sont confirmés, les casques bleus auraient donc réagi au plus vite. Mais cette version est déjà contestée, notamment par les réfugiés burundais qui ont survécu aux évènements.

Ces derniers assurent que les premiers coups de feu ont retenti devant l'ANR entre 15 h et 15h30. C'est une heure et demie plus tôt que l'horaire donnée par les casques bleus. Un militaire basé à Kamanyola a par ailleurs confirmé à RFI avoir entendu des coups de feu et vu des jets de pierre bien avant 16 h.

Pendant ce temps, dans la base temporaire de la Monusco, selon les informations recueillies par RFI, les officiers pakistanais tentaient - en vain - de joindre leurs partenaires congolais, les FARDC, pour évaluer la situation.

Le commandant de la base de l'ONU a-t-il préféré attendre ?

Les échauffourées étaient si proches de leurs fenêtres - le bureau de l'ANR est à 450 mètres -, que des impacts de tirs ont atteint du matériel à l'intérieur de la base de l'ONU. Le commandant pakistanais pourrait alors avoir préféré attendre que la situation se calme avant de sortir.

En tout cas, les réfugiés assurent que les casques bleus ne sont intervenus qu'après la tombée de la nuit, vers 18h30, soit trois heures après le premier coup de feu, alors qu'ils alignaient déjà les cadavres depuis près de 3/4 d'heure.

A noter néanmoins que la base temporaire de l'ONU à Kamanyola a accueilli les réfugiés après le drame et que la Monusco a soigné et évacué des dizaines de blessés vers Bukavu et Goma. Plus de 110 réfugiés avaient été blessés. Plus d'un tiers d'entre eux souffrent de blessures graves.

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher