topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


ALERTE : LE BURUNDI SE DIRIGE-T-IL VERS UNE RÉPUBLIQUE MONARCHIQUE ? ARIB.INFO PUBLIE LE TEXTE INTÉGRAL DU PROJET DE LA NOUVELLE CONSTITUTION DU BURUNDI. ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Regards croisés sur l’indépendance de la Justice au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Justice

PANA, 24 septembre 2017

Bujumbura, Burundi - La semaine qui s’achève a amplifié le débat sur la réelle et véritable indépendance de la Justice burundaise, avec à l’appui, un rapport accablant d’experts indépendants des Nations unies en droits humains, mettant en exergue l’impunité entretenue de supposés "crimes contre l’humanité", particulièrement dans la crise politique autour des élections controversées de 2015.

Le rapport, défendu, mardi dernier, à Genève, en Suisse, devant le Conseil des Nations unies aux droits humains, va jusqu’à suggérer à la Cour pénale internationale (CPI) de se substituer à la justice burundaise pour connaitre les "crimes contre l’humanité", à la connaissance des enquêteurs, auprès d’un échantillon de plus de 500 témoins directs ou victimes supposées, sans toutefois fouler le sol burundais, les visas d'entrée leur ayant été refusés.

Depuis octobre 2016, le pouvoir burundais s'est toutefois mis hors de portée de la Cour pénale internationale (CPI), en décidant de s'en retirer au moment où elle amorçait un examen préliminaire sur des allégations de crimes contre l'humanité, en cours dans le pays, depuis avril 2015.

Le même rapport, liste d’auteurs présumés, tenue encore secrète à l’appui, égrène des  "exécutions extrajudiciaires, des arrestations arbitraires, des disparitions forcées, des tortures, des traitements inhumains ou dégradants et des violences sexuelles" impunis, à charge des corps de défense et de sécurité ainsi que des "Imbonerakure", le nom de jeunes militants du parti au pouvoir.

Le hasard de calendrier a voulu que la semaine qui s’achève encore sur la rentrée judicaire 2017-2018, occasion pour le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, en même temps "premier Magistrat" du pays, de prendre la défense du corps de la magistrature.

Pour lui, la justice est "victime d’une tentative de déstabilisation", comme l'ont été l’exécutif et l’économie nationale, de la part des détracteurs du pouvoir burundais, sans toutefois les nommer.

On se rappelle néanmoins qu’en mai 2015, le pouvoir burundais a titubé face à une tentative de putsch militaire envers laquelle la justice a eu la main lourde, condamnant la plupart des commanditaires et des exécutants à des peines d’emprisonnement à vie, au bout de procès jugés "inéquitables", par la défense.

La justice burundaise a encore émis des mandats d'arrêt internationaux contre une quarentaine d'opposants politiques en exil pour leur rôle supposé dans un "mouvement insurrectionnel" contre le pouvoir.

D'un autre côté, le pouvoir en veut aux partenaires techniques et financiers traditionnels qui ont gelé la coopération avec le Burundi, en l’absence d’une volonté réelle de dialogue avec l’opposition pour résorber la crise politique et des droits humains de plus de deux ans.

A la même occasion de la rentrée judiciaire, la Ministre de tutelle, Mme Aimé Laurentine Kanyana, a trouvé "injuste" de conclure à la hâte sur l’impunité des crimes au Burundi, les bilans parlant d’eux-mêmes, à ses yeux.

Selon la garde des sceaux, les services judiciaires burundais ont été actifs au cours de l’exercice précédent, notamment par l’analyse et la suite qui a été réservée à 5.468 dossiers à caractère pénal.

Les "prisonniers politiques" de la crise, estimés par les Nations unies à plus de 8.000, sont un autre sujet de controverse avec le gouvernement burundais, tous les établissements pénitentiaires et catégories de prévenus réunis du pays ne totalisant pas un tel chiffre.

C’est encore grâce à la perspicacité des magistrats burundais que l’Etat a pu gagner 64% des procès lui intentés à l’intérieur, et 20 autres procès ayant abouti en sa faveur devant les juridictions de la Communauté d’Afrique de l’est, à en croire toujours la Ministre Kanyana, parlant des réalisations de l’exercice 2026-2017.

La victoire sans doute retentissante reste le verdict de la cour de Justice de la Communauté est africaine donnant tord à des organisations de la société civile régionales sur une plainte en inconstitutionnalité plainte de la candidature du président burundais à un troisième quinquennat jugé contraire à la loi fondamentale du pays.

Le Parlement burundais n'est pas en reste et a déjà mis sur pied une "commission spéciale", chargée d’enquêter sur les allégations du rapport onusien dont les auteurs seront traduits en justice, en cas de mensonges avérés dans leurs conclusions.

La Commission d’enquête sur le Burundi a été établie par le Conseil des droits de l’homme suite à la résolution 33/24 du 30 septembre 2016, pour un mandat d’un an. Elle a pour président, l’Algérien Fatsah Ouguergouz, comme membres, la Béninoise Reine Alapini Gansou, et Françoise Hampson, du Royaume-Uni.

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher