topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : les syndicats demandent l'augmentation des "taux minima" des salaires Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

@rib News, 06/11/2017 – Source Xinhua

Le code burundais du travail devrait être revu rapidement en se focalisant sur l'augmentation des "taux minima" des salaires tant dans le secteur public que privé, a plaidé Tharcisse Gahungu (photo), président de la Confédération Syndicale du Burundi (COSYBU).

Regroupant environ 20 syndicats, la COSYBU est la principale confédération syndicale burundaise créée au cours des années 1960.

M. Gahungu, qui s'exprimait vendredi dans un point de presse, a recommandé que la révision du code de travail ainsi souhaitée, doive toucher notamment l'article 74 de ce code datant des années 1980 et "qui n'est plus en adéquation" avec les réalités actuelles du terrain burundais.

L'article 74 du code burundais du travail prévoit que les salaires sont librement fixés par le biais des négociations entre l'employeur et le travailleur et que l'Etat doit fixer des taux minima de salaires par catégorie de travailleurs pour que le travailleur ait une juste rétribution, afin qu'il ne soit pas sous-payé.

"Malheureusement cette clause n'est pas encore mise en application au Burundi ; il n'y a que ce taux minimum de salaire qui est là depuis le début des années 1980 où le SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti) a été fixé à 160 francs burundais (160 FBU) par jour et par travailleur dans tous les secteurs. C'est un salaire trop sous-estimé accusant un contraste fort avec les dures réalités du coût de la vie, spécialement en milieu urbain", a-t-il expliqué.

Cette clause précise également que ces taux minima de salaire doivent être revus annuellement conformément au pouvoir d'achat des Burundais, des besoins et des moyens financiers disponibles.

"Un SMIG basé sur les réalités burundaises du moment devrait être fixé pour éviter que certains employés ne subissent des injustices de la part de certains employeurs abusant des pouvoirs qui leur sont conférés", a-t-il insisté.

M. Gahungu a révélé que grâce à l'exercice des pressions syndicales au cours des dernières années, le niveau des salaires s'est quelque peu amélioré au niveau du secteur public que parapublic.

Toutefois, a-t-il renchéri, il faut déplorer le fait que le gouvernement burundais n'a pas suivi cet état de fait en décrétant en faveur d'une revue à la hausse du SMIG, aujourd'hui largement dépassé au regard de la cherté de la vie.

"Pour rectifier le tir, tous les partenaires sociaux profiter de la révision du code de travail en cours, en se mettant ensemble pour que l'Etat du Burundi puisse fixer vers la hausse ces taux minima de salaire au pays", a-t-il recommandé par ailleurs.

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher