topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Breaking News – LE PRÉSIDENT BURUNDAIS EST-IL ATTEINT PAR LE CORONAVIRUS ? Le président sortant du Burundi, Pierre Nkurunziza, serait isolé et entouré d’une équipe de médecins, selon les informations qui circulent à Bujumbura. Son épouse a été évacuée jeudi de nuit par avion vers Nairobi; elle aurait été testée positive au Covid-19. [LLB, 29/05/2020] ● LA COMMISSION ÉLECTORALE INVALIDE LES RÉSULTATS OFFICIELS QU’ELLE A PROCLAMÉS PUBLIQUEMENT LUNDI DERNIER : Le président de la CENI vient de retirer du Site Web de la Commission électorale, les résultats officiels qu’il avait lui-même proclamés publiquement lundi dernier, le 25 mai, expliquant qu’ils “ne pouvaient être publiés parce qu’ils n’avaient pas été contrôlés, n’avaient pas été visés par les membres du bureau de la CENI” qu’il préside. [LLB, 29/05/2020] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]

Retrouvez sur ARIB.INFO l’intégralité des résultats officiels proclamés et publiés lundi 25 mai par la Commission électorale burundaise, puis retirés quatre jours plus tard de son site Internet, car ces chiffres « n’avaient pas été contrôlés, n’avaient pas été visés par les membres du bureau de la CENI », selon son président qui les avait pourtant proclamés solennellement.

PRESENTATION DES RESULTATS PROVISOIRES DE L’ELECTION PRESIDENTIELLE

PRESENTATION DES RESULTATS PROVISOIRES DE L’ELECTION DES DEPUTES


Fortes tensions en Afrique du Sud après le meurtre d'un extrémiste blanc Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

@rib News, 04/04/2010 – Source AFP

Eugene Terre'BlancheLes autorités sud-africaines multipliaient les appels au calme dimanche, au lendemain du meurtre du leader d'extrême droite Eugene Terre'Blanche, tandis que les partisans de la suprématie blanche promettaient la vengeance.

Le Mouvement de résistance afrikaner (AWB), groupuscule créé par Terre'Blanche qui s'était opposé par la violence à la transition post-apartheid au début des années 1990, a incité ses membres à "s'armer" afin de se défendre.

Son secrétaire général, André Visagie, a promis que l'AWB déciderait "des actions pour venger la mort de M. Terre'Blanche" lors d'une conférence le 1er mai, demandant à ses membres de "rester calmes pour le moment."

La peur et la colère étaient palpables à Ventersdorp (nord-ouest), le village d'origine de Terre'Blanche et ancien bastion de l'AWB.

Devant la ferme de l'extrémiste battu à mort, dont le corps a été retrouvé sur son lit, des dizaines de partisans s'étaient rassemblés pour prier, pleurer parfois et surtout dire leur hantise.

"Ils (les Noirs, ndlr) tuent nos fermiers", affirme l'un d'eux, refusant d'être nommé par crainte de "représailles". "Tuer un vieil homme, comme ça, dans son sommeil, il n'y a pas de quoi être fier", ajoute-t-il. Terre'Blanche avait 69 ans.

Le meurtre, apparemment commis par deux ouvriers agricoles noirs après une dispute sur des salaires non payés, ravive les tensions raciales dans un pays où la couleur de la peau reste un sujet douloureux seize ans après la fin officielle du régime d'apartheid.

Le président Jacob Zuma n'a pas attendu, appelant au calme dès les premières heures suivant l'annonce du crime. Il a mis en garde contre "des agents provocateurs qui pourraient tirer profit de la situation pour inciter à la haine raciale".

En un geste d'apaisement, son ministre de la Police Nathi Mthethwa et le Directeur de la police nationale Bheki Cele ont rendu visite dimanche à la famille de la victime.

"Nous appelons tous les Sud-Africains, au-delà des divisions raciales et politiques, à s'abstenir de toute déclaration" intempestive, a déclaré M. Mthethwa.

"N'attisons pas les flammes, n'idéalisons pas la violence", a-t-il averti lors d'une conférence de presse retransmise en direct à la télévision. "Il y a beaucoup d'émotions en jeu", a continué le ministre. "Laissez la police faire son travail."

Terre'Blanche a consacré sa vie à la défense de la suprématie blanche. A la tête de milices paramilitaires dotées d'un emblème proche de la croix gammée nazie, il avait organisé des attentats meurtriers pour s'opposer aux premières élections multiraciales, en 1994.

Depuis, l'AWB est tombé en désuétude. Emprisonné en 2001 pour avoir tenté d'assassiner un garde de sécurité noir, Terre'Blanche avait été libéré en 2004 pour bonne conduite et était tombé dans un oubli relatif.

Mais son meurtre intervient au beau milieu d'une polémique autour d'un chant de libération appelant à "tuer les Boers" (fermiers blancs), remise au goût du jour par la ligue de la jeunesse du parti au pouvoir, le Congrès National Africain (ANC).

Deux tribunaux viennent d'interdire cette chanson, accusée par l'opposition et diverses associations d'inciter à la violence raciale. L'ANC la défend au nom de la mémoire de la lutte anti-apartheid.

"Un Noir a tué un Blanc. Evidemment, ça va soulever des troubles", résume Kgomotso Kgamanyane, 20 ans, caissière à une station-service de Ventersdorp. "Et ça peut devenir violent, parce que les Blancs pensent que nous les Noirs on a fait ça parce qu'on les hait".

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher