topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


ROBERT MUGABE SE RETIRE APRÈS 37 ANS AU POUVOIR : Une semaine après la prise de pouvoir de l’armée, le placement du président en résidence surveillée et le lancement d’une procédure de destitution à son encontre, Robert Mugabe a finalement cédé à la pression et annoncé mardi 21 novembre sa démission après 37 ans passés au pouvoir. [@rib News, 21/11/2017] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Un ressortissant kenyan appréhendé pour trafic de jeunes filles Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

PANA, 11 novembre 2017

Bujumbura, Burundi – Un citoyen originaire du Kenya est entre les mains de la police nationale sous le chef d’accusation de participation à une bande de trafiquants qui a été démantelée mercredi dernier, sur le point d’embarquer 14 jeunes filles burundaises à vendre dans le Sultanat d’Oman (Golfe arabique), a-t-on appris samedi, de source sécuritaire à Bujumbura.

Le sultanat d’Oman est l’une des destinations étrangères souvent citées dans ce genre de trafic favorisé par la pauvreté et le chômage des plus jeunes au Burundi, dit-on dans les milieux des défenseurs des droits humains.

Le porte-parole de la police nationale, Pierre Nkurikiye, a indiqué que deux autres membres du réseau sont un jeune homme burundais et une jeune femme de la même nationalité. Les dossiers des prévenus sont en cours de confection pour les traduire en justice, selon la même source.

En 2016, la police nationale avait fermé 11 sociétés-écran qui blanchissaient frauduleusement le trafic des êtres humains à Bujumbura, la capitale burundaise.

Parmi les 11 sociétés, il était avéré que seulement quatre d'entre elles étaient burundaises, les autres étaient tenues par des ressortissants de la sous-région du Burundi, notamment des Kenyans, des Tanzaniens et des Ougandais.

Le juteux trafic peut générer jusqu’à 1.500 dollars américains par fille livrée dans les riches monarchies du Golfe, selon certaines enquêtes des organisations nationales et internationales de défense des droits humains.

Au départ, les trafiquants promettent des opportunités d'emplois rémunérés en pétrodollars, alors qu'en réalité, elles sont destinées à des corvées ou à l'esclavage sexuel.

Le phénomène s’est amplifié ces deux dernières années de crise socio-politique et économique au Burundi, où certaines estimations font état de 2.500 á 3.000 jeunes filles séquestrées dans les pays du Golfe, notamment l’Arabie saoudite, le Liban et le Sultanat d’Oman.

C’est une organisation non gouvernementale de droit canadien, «Justice et équité» qui avait alerté l’opinion sur ce phénomène d’une ampleur jusque-là «insoupçonnée» des Burundais.

L’ONG parlait d’un « trafic humain sexuel à grande échelle», ciblant principalement de jeunes filles mineures (de 10 à 16 ans), recrutées essentiellement dans les villages déshérités du Burundi.

Le code pénal burundais punit normalement le «recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil d’un enfant aux fins d’exploitation» d’une servitude pénale de cinq à dix ans, assortie d’une amende de 100.000 francs burundais (57 dollars américains) à 500.000 francs (285 dollars).

L’infraction est punie de la servitude pénale à perpétuité dans le cas où elle cause la mort, y compris la mort par suicide».

 

 

 
Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher