topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Série d’accords de coopération entre le Burundi et l’Arabie Saoudite Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

PANA, 20 novembre 2017

Bujumbura, Burundi - Le 2ème Vice-président burundais chargé des questions économiques et sociales, Joseph Butore, a fait état, lundi, d’une série d’accords de coopération conclus au terme de sa visite de travail (14-19 novembre) en Arabie Saoudite, notamment dans les domaines du tourisme, des travaux publics, de la santé, de l’éducation, des échanges commerciaux et de l’humanitaire. [Photo : Joseph Butore (g) a rencontré le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al Joubeir (d).]

Dans cette visite, le Haut responsable burundais était accompagné du ministre des Relations extérieures et de la Coopération internationale, Alain Aimé Nyamitwe, celui des Finances, du Budget et de la Privatisation, Domitien Ndihokubwayo, ainsi que des représentants de la Chambre fédérale de Commerce du Burundi (Cfcb) et de l’Agence de Promotion des Investissements(Api).

Au chapitre des contacts, la délégation burundaise dit avoir été reçue, notamment, par le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al Joubeir, et le président du Fonds saoudien de coopération, Yousef Al-Bassam.

L'accord du domaine des infrastructures a été conclu avec le Fonds saoudien qui promet un montant de 15 millions de dollars américains destinés la réhabilitation d’un tronçon routier reliant le sud du Burundi à Bujumbura, la capitale, selon le vice-président Butore.

Dans le secteur de la santé, les Saoudiens sont prêts à financer des fournitures en médicaments d’une valeur de 500.000 dollars américains ainsi que la réhabilitation de l’hôpital universitaire « Roi Khaled », le plus grand, à Bujumbura.

Concernant le secteur de l’éducation, 50 jeunes burundais vont bénéficier annuellement de bourses d’études pour aller se former dans des universités saoudiennes.

Par ailleurs, il a été convenu que l’Arabie saoudite va construire et équiper un institut technique d’enseignement supérieur au Burundi. Dans le domaine des échanges commerciaux, la partie saoudienne a montré un intérêt particulier pour le café et l’avocat burundais, d’après toujours M. Butore.

S’agissant du tourisme, les Saoudiens sont prêts à investir dans la construction et le développement de diverses infrastructures, le long du littoral du Lac Tanganyika, bordant Bujumbura, la capitale du Burundi, selon la même source.

Le gouvernement burundais tente de diversifier et d’étendre ses relations de coopération à de « nouveaux amis », notamment d’Asie et de l’Est, les alliés traditionnels de l’Occident lui ayant tourné le dos pour des considérations politiques et des droits humains.

En plus du Golfe arabique, les relations se sont particulièrement  intensifiées ces derniers temps avec la Russie, la Chine et la Turquie, tout en restant néanmoins en deçà de celles qui liaient traditionnellement le Burundi aux pays membres de l’Union européenne (Ue).

A titre indicatif, il reste difficile pour le pouvoir burundais de compenser le manque à gagner qui a été occasionné par le gel de plus de 430 millions d’Euros de l’Ue, prévus pour financer divers projets de développement socio-économique sur la période allant de 2014 à 2020.

En cause: les élections générales controversées et émaillées de violences de 2015 et l’absence de volonté du dialogue avec l’opposition pour résorber le contentieux électoral persistant.

Le Burundi est un pays dépendant habituellement des aides extérieures, faute de ressources propres à son développement socio-économique, en dehors du café.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher