topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


ALERTE : LE BURUNDI SE DIRIGE-T-IL VERS UNE RÉPUBLIQUE MONARCHIQUE ? ARIB.INFO PUBLIE LE TEXTE INTÉGRAL DU PROJET DE LA NOUVELLE CONSTITUTION DU BURUNDI. ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Des rebelles recrutés par Kinshasa en 2016 contre les manifestants, selon HRW Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

@rib News, 04/12/2017 - Source Reuters

 Les services de sécurité congolais ont recruté plus de 200 combattants rebelles en leur ordonnant d'utiliser la force létale pour réprimer les manifestants qui protestaient il y a un an contre le report de l'élection présidentielle et le refus du président Joseph Kabila (photo) de mettre fin à son mandat, écrit Human Rights Watch dans un rapport paru lundi.

Des dizaines de personnes ont été tuées pendant cette vague de manifestations survenue en décembre 2016. L'élection présidentielle a été reportée jusqu'à décembre 2018.

Le rapport de Human Rights Watch s'appuie sur les témoignages de 13 combattants du groupe rebelle M23 qui, dit l'ONG, ont été recrutés au Rwanda et en Ouganda, et sur ceux de dirigeants du M23 et de neuf responsables des services de sécurité et de renseignement congolais, tous recueillis sous le sceau de l'anonymat.

Un porte-parole du gouvernement congolais n'a pas souhaité faire de commentaire.

Delphin Kahimbi, chef des services de renseignement militaires présenté dans le rapport comme l'un des coordonnateurs de l'opération, a nié avoir recruté des combattants du M23, qualifiant les conclusions du rapport de "ridicules et absurdes".

Le président du M23, Bertrand Bisimwa, a dit lundi dans un communiqué que la RDC avait recruté des déserteurs et d'autres combattants déjà exclus du mouvement rebelle, ajoutant que la direction du M23 n'était en aucun cas impliquée.

Le M23 s'est soulevé contre le gouvernement dans l'est du Congo en 2012. Il a été défait par les troupes congolaises et les forces de l'Onu à la fin 2013. Le gouvernement de Kinshasa a par la suite promis l'amnistie à la plupart des centaines de rebelles du M23 qui ont fui au Rwanda et en Ouganda, mais le processus s'est enlisé.

Selon le rapport de HRW, les services de sécurité de RDC se sont tournés vers le M23 l'an passé parce que Joseph Kabila ne faisait pas confiance à ses propres forces de sécurité.

Les rebelles ont été déployés à Kinshasa, Lubumbashi, la deuxième ville du pays, et à Goma dans l'Est. Ils ont été intégrés aux forces de police, à l'armée et aux unités de la garde présidentielle, ajoute l'ONG.

Ils ont reçu ordre d'utiliser la force létale contre les manifestants et ont été payés chacun plusieurs centaines de dollars, précise-t-elle.

Richard Karemire, porte-parole de l'armée ougandaise, a démenti que des combattants du M23 aient été recrutés en Ouganda. Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat de la part du gouvernement rwandais.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher