topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
La campagne pour le référendum constitutionnel divise les Burundais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

Deutsche Welle, 13.12.2017

Lancée ce mardi, la campagne pour le référendum constitutionnel est diversement appréciée dans la population. Certains redoutent une manipulation.

Au Burundi, après la clôture sans résultat du quatrième round des pourparlers d'Arusha 4, la semaine dernière, le président Pierre Nkurunziza a lancé ce lundi 12 décembre, au centre du pays, la campagne pour le référendum constitutionnel. [Photo : La population est venue en masse assister aux cérémonies de lancement de la campagne pour le référendum constitutionnel.]

Mais à Bujumbura, la capitale, les Burundais sont divisés sur la nécessité de la campagne qui précède la révision proprement dite de la constitution. 

Au Nord de la capitale dans le quartier populaire de Kamenge, cette campagne est considérée comme plutôt favorable au parti présidentiel. Malgré cela, l'accueil du lancement de la campagne du référendum est nuancé. C'est un projet qui "fait peur", explique Jean Nduwimana, en faisant référence à la révision programmée de la constitution. "Le projet n'est pas consensuel", selon lui. Il prend comme preuve la partie de la classe politique qui s'oppose à ce projet. "Ce travail doit être rassembleur et consensuel. Pour changer quoi que ce soit, il faut que toute la classe politique burundaise se mette d'accord afin que le Burundi garde sa tranquillité sociale et politique."

Une campagne pour rien ?

Le projet fait aussi peur au sein des habitants du quartier qui, pour la plupart, vaquent à de petites activités pour de maigres revenus. Rencontrés à Kamenge, Pascaline et Philippe semblent n'espérer pas grand chose du lancement de la campagne pour le référendum. "Ils vont s'arranger pour compléter les résultats, vous me faites rire ! Que vous votiez oui ou non, ils doivent compléter car ils se chargent eux-mêmes du comptage des voix, personne d'autre ne le fait. Ils ont peut-être même déjà terminé de compter", estime un habitant. "Ceux-là mêmes qui font la planification seront engagés pour ça, ils ont terminé", ajoute un autre. 

En revanche, Gabriel Banzawitonde se dit plus confiant, convaincu de la réussite de la révision constitutionnelle. "C'est la correction des erreurs du passé avant les élections de 2020", martèle-t-il. "C'est une étape que nous venons de franchir, ça nous montre que le gouvernement connaît la valeur d'un peuple, seul détenteur de la souveraineté du pays. Nous voyons qu'il y a quelque chose à amender avant les élections de 2020. C'est pourquoi le texte qui est fondamental devrait être amendé pour corriger toutes les erreurs afin que les autres lois soient amendées avant les élections de 2020" 

Après la campagne, le peuple votera Oui ou Non, selon qu'il préfère ou pas la révision de la constitution. Si le Oui l'emporte, ce serait une véritable révolution qui se dessine. Les lois simples seraient désormais adoptées à la majorité absolue au Parlement, alors qu'il fallait jusqu'ici les 2/3 des votants.

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher