topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : 89 des 305 articles de la Constitution ont fait l’objet d’amendement Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

PANA, 27 décembre 2017

Burundi : Prise en compte de l’intégration régionale dans la nouvelle Constitution amendée

Bujumbura, Burundi - L’article 182 de la nouvelle Constitution amendée stipule que «l’année budgétaire débute au premier juillet et se clôture au 30 juin de l’année suivante», dans le but de s’harmoniser avec cette pratique déjà en vigueur au niveau du reste des Etats membres de la Communauté d’Afrique de l’Est dont fait partie le Burundi.

Le caractère francophone du Burundi le singularise, sous divers aspects législatifs, du reste des pays de la Communauté Est africaine, majoritairement anglophones, notent les analystes de la sous-région.

Les six pays membres de la Communauté Est africaine sont le Burundi, le Rwanda, le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda et le Soudan du sud.

Au Burundi, l’article 176 de la Constitution de 2005 saisissait habituellement l’Assemblée nationale du projet de loi de finances en octobre alors que les autres pays de la Communauté s’y prenaient en juin.

L’harmonisation des lois va, entre autres, permettre aux six Etats membres de cotiser en même temps au budget de fonctionnement de la communauté Est africaine.

L’autre modification constitutionnelle de taille se situe à l’article 179 qui renvoie la première session ordinaire «au premier jour ouvrable du mois août, la deuxième au premier jour ouvrable du mois de décembre et la troisième au premier jour ouvrable du mois d’avril».

L’article 174 de la Constitution de 2005 plaçait la première session parlementaire «au premier lundi du mois de février, la deuxième au premier lundi du mois de juin et la troisième au premier lundi du mois d’octobre ».

Toutefois, «des sessions extraordinaires ne dépassant pas une durée de quinze jours, peuvent être convoquées à la demande du Président de la République, ou à la demande de la majorité absolue des membres composant l’Assemblée nationale, sur un ordre du jour déterminé», se réserve la nouvelle Constitution amendée.

Au total, 89 des 305 articles de la Constitution révolue de 2005 ont fait l’objet d’amendement, d’amélioration ou d’élagage, officiellement pour l’adapter aux réalités locales et sous-régionales du moment.

Les principales innovations portent, entre autres, sur la suppression du quinquennat présidentiel pour le remplacer par un septennat, renouvelable une fois, et l’introduction d’un poste de Premier ministre, «chef du gouvernement» (article 129).

Le dernier mot reviendra à la population qui est appelée à se prononcer, par voie référendaire, au mois de mai prochain, selon le calendrier provisoire déjà annoncé par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

L’autorité électorale nationale devait clôturer, ce mercredi, l’installation des superviseurs du référendum constitutionnel dans les différentes provinces du pays.

Les membres des Commissions électorales provinciales indépendantes (CEPI) attendront de prêter serment devant la CENI pour procéder, à leur tour, à la mise en place des Commissions électorales communales (CECI).

Ces différents démembrements vont ensuite procéder à l’enrôlement des candidats au vote référendaire et transmettre les listes à Bujumbura, la capitale, pour saisie informatique, affichage et délivrance de cartes d’électeurs, a détaillé, mercredi, le porte-parole de la CENI, Prospère Ntahorwamiye, à la clôture de l’activité d’installation des CEPI.

Les partis politiques ne sont pas autorisés à battre campagne, pour le «Oui » ou le « Non », avant convocation officielle du référendum populaire par décret présidentiel, a-t-il fait la mise au point.

Des acteurs politiques ont toutefois déjà dérogé à cette règle, certains de l’opposition appelant ouvertement au boycott du référendum, envisagé, à leurs yeux, dans un contexte encore marqué par le contentieux électoral de 2015.

Le président de la République dispose de 60 à 45 jours avant la convocation du référendum populaire, selon toujours le porte-parole de la CENI.

La révision de la Constitution tient particulièrement à cœur le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza qui avait tracé une «ligne rouge» devant ceux qui voudront saboter le projet, au moment où il lançait solennellement la campagne référendaire, le 12 décembre dernier, dans le Centre du pays.

Le Conseil national pour la défense de l’accord d’août 2000, à Arusha, en Tanzanie, sur la paix, la réconciliation et la défense de l’Etat de droit (Cnared, principale plate-forme de l’opposition intérieure et en exil) prête l’intention au président burundais de vouloir cette révision constitutionnelle pour se maintenir au pouvoir encore longtemps.

La coalition, non reconnue officiellement, avait vu le jour au plus fort du mouvement insurrectionnel contre la troisième candidature de l’actuel chef de l’Etat pour un troisième quinquennat, jugé contraire à la Constitution et l’Accord d’Arusha ayant mis fin à la précédente grande guerre civile de 1993 à 2003, rappelle-t-on.

LIRE L’INTÉGRALITÉ DU PROJET DE CONSTITUTION

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher