topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le nombre exact de Burundais qui ont fui en exil suscite la controverse Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

RFI, 05-01-2018

Polémique sur le nombre de réfugiés en exil entre le gouvernement burundais et le HCR

Une polémique oppose depuis plus d'une année le HCR et le pouvoir burundais sur le nombre de Burundais qui ont fui en exil depuis que ce pays d'Afrique des Grands Lacs est plongé dans une grave crise politique, née de la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat en avril 2015 et qu'il a obtenu depuis lors. [Photo : Des réfugiés burundais en Tanzanie, mai 2015]

Mais jusqu'ici, le gouvernement ne donnait pas de chiffres précis, contrairement au Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés. C'est chose faite maintenant et ça permet d'y voir plus clair. C'est le président Pierre Nkurunziza qui a donné ce chiffre.

Le président Pierre Nkurunziza a profité de son discours de présentation de vœux de fin d'années, pour annoncer que plus de 215 000 Burundais qui avaient fui en exil depuis le début de cette crise sont déjà rentrés. Il a même ajouté que 40 000 autres avaient déjà manifesté leur volonté de retourner au Burundi et s'étaient fait inscrire sur les listes du HCR. Mais il s'est gardé de donner un chiffre sur le nombre de Burundais qui vivent toujours en exil.

Mais vous avez pu en savoir plus ?

Le ministère burundais de l'Intérieur que j'ai contacté entre-temps a donné un peu plus de précisions sur cette question. Selon les estimations de son porte-parole, Thérence Ntahiraja, quelque 260 000 Burundais ont fui le pays depuis avril 2015.

Depuis, quelque 185 000 ont regagné le Burundi entre janvier 2016 et septembre 2017, grâce à la paix retrouvée dans le pays. Enfin, il y a eu environ 12 000 rapatriés volontaires, ramenés par le HCR. Ce qui fait qu'il reste très peu de réfugiés burundais à l'étranger et, selon lui, tous ont manifesté leur volonté de rentrer si on en croit ses chiffres.

Ce qui ne correspond pas du tout aux données du Haut-Commissariat de l'ONU ?

Selon cette organisation, il y a aujourd'hui plus de 410 000 Burundais qui ont fui en exil et qui vivent dans des camps situés dans les pays voisins du Burundi, dont plus de la moitié rien qu'en Tanzanie. Le reste se répartit entre le Rwanda, la République démocratique du Congo mais aussi l'Ouganda. Environ six camps qui ont tous pignon sur rue.

Comment expliquez-vous des chiffres aussi différents ?

Pour justifier cette différence, le porte-parole du ministère burundais de l'Intérieur explique que les près de 200 000 réfugiés qui seraient rentrés d'exil sont ceux, qu'on appelle dans le jargon du HCR, des rapatriés volontaires, c'est-à-dire qu'ils n'ont jamais mis les pieds dans les camps gérés par le HCR, ce qui les rend plutôt invisibles. Mais cela ne fait pas le compte, du coup, le gouvernement burundais accuse le HCR de manipuler les chiffres dans le but de continuer à se faire de l'argent sur le dos des réfugiés en quelque sorte.

Et que répond le HCR ?

Le HCR n'a jamais voulu verser dans la polémique, il continue de plaider la cause des réfugiés Burundais, qui vivent dans des conditions très difficiles.

Par Esdras Ndikumana

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher