topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Un SMIG très bas et des disparités entre travailleurs au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

PANA, 05/08/2008

Bujumbura, Burundi - Le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) reste extrêmement bas au Burundi où il dépasse à peine 100 Francs burundais l'heure (1 dollar = 1.190 Francs burundais), peut-on lire mardi dans un rapport de la Cour des comptes sur les disparités des statuts pécuniaires dans le pays.

Depuis l’année 1988, le SMIG est officiellement fixé à 160 FBU dans les centres urbains de Bujumbura, la capitale économique du Burundi et Gitega, la seconde grande ville du pays et à 105 FBU en milieu rural, rappelle la Cour des comptes.

Même si l’Etat envisage de le porter à 1.000 FBU, cela ne changerait pas grand-chose sur le niveau de vie des petits salariés, estime-t-on encore dans le rapport.

Les salaires des fonctionnaires de l’Etat restent "extrêmement bas et disparates" par rapport aux critères légaux de leur fixation, souligne également la Cour des comptes du Burundi.

En 2006, un nouveau statut des fonctionnaires avait été promulgué et les grilles barémiques portées par ce texte de loi montrent que le salaire de base minimum d’un non-enseignant est de 10.787 FBU par mois et le plus élevé est de 60.715 FBU, explique le rapport de la Cour des comptes.

Le salaire de base minimum d’un fonctionnaire enseignant est de 17.722 FBU, le plus élevé étant de 86.000 FBU par mois, fait-elle encore savoir.

Certains actes réglementaires dérogent au statut général des fonctionnaires en accordant plus d’avantages pécuniaires à des catégories de travailleurs qu’à d’autres, poursuit le rapport, qui releve par ailleurs les cas les plus frappants des conseillers techniques dans les ministères et l’Inspection générale d’Etat dont le traitement mensuel net dépasse le million de Francs burundais.

Des écarts significatifs de salaires s’observent, par ailleurs, à l’intérieur comme à l’extérieur des services qui, le plus souvent, sont pourtant sous un même régime, voire sous une même tutelle, a encore remarqué la Cour des comptes du Burundi.

Ces écarts sont enregistrés entre les postes politiques entre eux, les postes politiques et techniques, les agents de la Fonction publique et le personnel des Administrations personnalisées de l’Etat (APE), Etablissements publics administratifs (EPA) et autres services à gestion autonome, d’après la même source.

Plus curieux encore, poursuit le rapport, pour accroître les salaires nets, les primes et indemnités dans certains services de l’Etat sont parfois supérieures à la rémunération de base, alors que celle-ci devrait être la référence. C'est le cas au niveau de la Magistrature et la Brigade anti-corruption.

D’autres catégories, qui comptent pourtant parmi les mieux rémunérées de la République, comme la Force de défense nationale (FDN), le Service national de renseignement (SNR), la Police nationale du Burundi (PNB) ou encore le personnel de la Santé publique, bénéficient d'autres avantages, notamment la gratuité des soins de santé.

Le statut des fonctionnaires devrait être la référence des statuts pécuniaires de tous les services de l’administration centrale de l’Etat, des Etablissements publics administratifs, des administrations personnalisées de l’Etat et des autres services à autonomie de gestion, recommande la Cour des comptes du Burundi.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher