topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Les Burundais face aux drogues Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

Voice of America, 20 janvier 2018

De nombreux jeunes à Bujumbura commencent à consommer des drogues très jeunes. Pour d’autres drogues dures comme la cocaïne, des jeunes Burundais commencent à en faire usage avec des conséquences néfastes sur leur santé et leurs études.

[Photo : Les membres de l'association Burundi Association of People Who Used Drugs à Bujumbura, le 13 janvier 2018. (VOA/Christophe Nkurunziza).]

Burundi Association of People Who Used Drugs a été agréé l’année dernière pour combattre la consommation de ces drogues. Elle compte des centaines de membres qui se donnent quotidiennement pour mission d’éduquer cette jeunesse.

Alain est un jeune Burundais qui consomme la drogue depuis plus de dix ans. Agé de vingt six ans et habitant un quartier de la capitale Bujumbura, il lui a été vraiment difficile de se défaire de la consommation de la cocaïne.

Mais depuis les fêtes de fin d’année, il ne consomme plus de drogue. Mais il explique a VOA Afrique combien il est dur d’abandonner.

"Ça a commencé avec les problèmes de la vie. Au départ, on croit que c’est une bonne chose. Mais je vous dis moi que c’est vraiment une très mauvaise chose. Il ne faut jamais goûter", raconte-il.

Sortir de l'addiction

Alain aime la musique qui, pour lui, est devenue un remède à la drogue avec la pratique de l’Ikembe traditionnel.

"Je dirais la musique, l’art en général, ça peut aider, c’est une bonne occupation. Cela aide à penser à autre chose, tu oublies un peu la drogue".

Richard Nininahazwe est coordonnateur de l’association burundaise qui œuvre sur toute l’étendue de la République du Burundi pour la réhabilitation et la réinsertion des usagers de drogues.

Il reconnaît qu’il a des milliers de Burundais qui prennent de la drogue, surtout des jeunes. Richard a pris toutes les sortes de drogues douces et dures mais il a aujourd’hui abandonné cette pratique et a déjà fondé une famille.

"Il y a beaucoup de jeunes qui prennent de l’héroïne. Le cannabis, c’est plus soft mais l’héroïne ça prend une ampleur grave. J’ai gravi tous les échelons. J’ai commencé par le cannabis, puis j’ai mélangé par les cachets ca veut dire les pilules, après les pilules j’ai mélangé le cannabis avec le tabac et l’héroïne puis j’ai pris l’héroïne à part et puis j’ai commencé à m’injecter. Je connais ce monde de la drogue au Burundi", se rappelle Richard.

Dans cette association de lutte contre la drogue, 643 consomment de l’héroïne. Parmi ces jeunes, 225 sont usagers de drogues injectables, selon une étude qui a été réalisée il y a quelques mois. Mais le chiffre peut avoir évolué selon l’étude menée par l’alliance burundaise contre les drogues en collaboration avec le ministère de la Santé.

Sur 175 personnes en mairie de Bujumbura qui utilisent les drogues injectables, le taux de prévalence du VIH SIDA était de 10.2%, dix fois plus que le taux de 1.4 % pour le taux des gens qui vivent avec le VIH en mairie de Bujumbura.

"Il faut dépénaliser certaines drogues"

Pour Richard Nininahazwe, le combat est de longue haleine. Le charge de plaidoyer et des renforcements des capacités institutionnelles à cette association de lutte contre l’usage des drogues au Burundi estime qu’il faut dépénaliser l’usage de certaines drogues.

Pour Eric Nsengiyumva, "il faut que ces enfants sachent que ce sont des produits toxiques. C’es un bon moment d’arrêter ça. Aux parents je parle de l’approchement et de la stigmatisation. Les enfants sont parfois victimes de la stigmatisation. Il faut que les parents comprennent ces enfants. Par contre, il faut avoir recours aux psychologues, aux experts, aux médecins et surtout il faut que les autorités dépénalisent certaines drogues".

Selon des spécialistes, les parents peuvent empêcher les enfants de consommer de la drogue en leur parlant ouvertement des risques encourus avec la consommation de tels produits, et aider ainsi les enfants à sortir de cette situation.

Les mêmes spécialistes appellent également les autorités à punir sévèrement les trafiquants de drogues.

Christophe Nkurunziza, correspondant à Bujumbura

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher