topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
3,6 millions de personnes ont besoin d’assistance humanitaire au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

Voice of America, 20 février 2018

 Environ 30 % de la population burundaise (11,7 millions d’habitants) a besoin de cette aide selon le plan officiel des réponses humanitaires entre le gouvernement et l’office de coordination des nations unies pour les affaires humanitaires (Ocha).

Ce plan a été officiellement lancé dans la capitale burundaise alors que 2,1 millions de personnes sont en situation de vulnérabilité aiguë, selon les chiffres donnés.

Ce plan révèle que 65 % de la population burundaise vit sous le seuil de pauvreté.

Ocha a besoin de plus de 101 millions de dollars pour répondre aux financements humanitaires en 2018.

“Hier soir, je n’ai pas mangé. Même ce matin, je n’ai rien eu à mettre sous la dent. Maman a préparé le soir. Elle ne m’a pas donné à manger car elle croit que nous partageons à manger normalement à l’école. Maman ne sait pas que la nourriture que l’on nous donne est insuffisante pour deux personnes”, se plaint Soavis Ntakarutimane, fille de Rugombo.

Le témoignage de cette jeune fille, qui étudie en deuxième primaire, est poignant.

Il illustre la situation des milliers de familles qui ne mangent pas suffisamment à leur faim dans la commune de Rugombo, province de Bubanza, dans le nord-ouest du Burundi.

La situation est similaire à celle de 3,6 millions de Burundais éparpillés à travers 11 de 18 provinces du Burundi qui sont en besoin d’assistance humanitaire, selon Ocha.

Des milliers de personnes sont prioritairement ciblées comme l’indique le secrétaire permanent du ministre des Relations extérieures, Jean De Dieu Ndikumana.

“Inclusif et multisectoriel, le plan de réponse humanitaire répond aux besoins urgents des populations burundaises les plus vulnérables. Nous devons veiller à axer nos efforts auprès de 188.300 déplacés, à 410.000 réfugiés, 57.400 retournés et 75.700 rapatriés pour encourager leur retour et une réintégration durable. Le plan de réponse humanitaire entend également apporter l’aide d’urgence aux réfugiés. Près de 8.000 Congolais ont traversé la frontière depuis le mois de janvier 2018”, soutient M. Ndikumana.

Salima Mocranie, chef de bureau par intérim d’Ocha estime que le nombre de personnes en besoin humanitaire augmente d’année en année au Burundi.

“L’augmentation des chiffres ne veut pas dire que l’année 2017 n’a pas couvert des besoins mais il y a une situation qui est difficile et les vulnérabilités se sont aggravées. Il y a plus de personnes vulnérables et il n’y a pas eu plus de moyens pour y répondre. C’est pour ça que l’enveloppe financière pour 2018 est plus importante.”

Pour le coordonnateur résident des Nations unies au Burundi, Garry Conille, les agences des Nations Unies doivent distinguer l’humanitaire du développement.

“Il n’est plus acceptable pour nous de définir le succès en matière humanitaire par le nombre d’individus qui ont reçu de l’assistance humanitaire ou qui ont reçu le type d’appui. Le succès en matière humanitaire se définit comme étant le nombre d’individus qui, s’ils font face au même choc l’année prochaine, va diminuer. Cela nécessite la participation et l’implication de tous. Avant, la section développement était complètement séparée de la section humanitaire. Aujourd’hui, on sait que ça ne peut plus se concevoir comme ça”, confie M. Conille.

La compilation des données montre bel et bien que le Nord et le Nord-Est du Burundi demeurent très vulnérables.

Christophe Nkurunziza

Lire l’intégralité du Plan de Réponse Humanitaire

 

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher