topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Référendum "décisoire" au lieu de "consultatif", décrète Nkurunziza Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

PANA, 19 mars 2018

Convocation par décret du référendum constitutionnel pour le 17 mai prochain au Burundi

Bujumbura, Burundi - Le référendum populaire sur une nouvelle Constitution amendée aura lieu le 17 mai prochain et verra la participation des Burundais de l’intérieur ainsi que ceux de la diaspora en âge légal de voter (à partir de 18 ans), annonce un décret du chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza (photo), rendu public ce dimanche.

Tous les citoyens burundais remplissant les conditions requises par la loi, résidant au Burundi ou à l’étranger, sont appelés à participer au référendum constitutionnel qui se tiendra le 17 mai 2018, invite le décret.

Les partis politiques, les coalitions des partis politiques ainsi que les indépendants remplissant les conditions fixées par la loi qui souhaitent participer à la campagne électorale, quant à eux, sont appelés à se faire enregistrer à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) du 23 mars au 6 avril 2018.

Pour ce scrutin, la circonscription électorale est le territoire de la République du Burundi, "sous réserve de la participation des Burundais résidant à l’étranger". Cette élection va se dérouler dans les enceintes et bureaux de vote déterminés par la CENI et répartis sur tout le territoire national, précise l’article 4 du décret.

Le même article indique que pour les citoyens burundais résident à l’étranger, le vote aura lieu au siège des représentations diplomatiques ou consulaires y accrédités, suivant les modalités particulières fixées par la CENI.

D’un autre côté, pour les militaires burundais en mission de paix, principalement en Somalie et en République centrafricaine, le vote aura lieu dans les endroits déterminés par le commandement du contingent, toujours en collaboration avec la CENI.

L’article 5 du décret précise que le projet de Constitution soumis au référendum sera adopté "si la majorité absolue des suffrages exprimés, soit cinquante pour cent plus une voix (50%+1), l’approuve".

Un double recensement des candidats électeurs au référendum constitutionnel et aux élections générales de 2020 avait pris fin, le 17 février dernier, sur un effectif global de 5.000.742 inscrits, dont 2.382.388 hommes et 2.618.364 femmes, soit un taux de participation cumulé de plus de 112% par rapport aux projections initiales de la CENI.

Du côté de la diaspora (Ambassades et Consulats réunis), le nombre d’inscrits s’est élevé à quelque 7.284 candidats au marathon électoral de 2018 à 2020, selon les chiffres de la CENI qui font encore état d’un total de 4.805 militaires du contingent burundais en Somalie qui se sont fait enrôler, contre 782 en République Centrafricaine.

Des jeunes, à partir de 16 ans, avaient également été invités à se faire enrôler pour avoir le droit de voter en 2020, année à laquelle ils auront atteint la majorité électorale requise au Burundi, soit 18 ans révolus.

Le processus électoral est actuellement dans la phase de saisie informatique des données du recensement qui sera suivie de l’octroi des cartes aux futurs électeurs.

S’agissant de l’environnement sociopolitique du moment, l’opposition continue à exiger de vider préalablement le contentieux autour des élections controversées et émaillées de violences de 2015, pendant que le pouvoir, de son côté, enfonce chaque jour d’avantage l’accélérateur vers les prochaines consultations populaires.

Les Nations unies se sont également invitées dans le débat, à travers un récent rapport qui fait remarquer que "le gouvernement continue de s’employer à obtenir une révision de la Constitution, en dépit des préoccupations de nombreuses parties prenantes et de nombreux partenaires du Burundi".

Les révisions constitutionnelles, dont on dit taillées sur mesure de l’actuel chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, dans les milieux de l’opposition, portent, entre autres, sur l’adoption d’un septennat présidentiel à la place du quinquennat classique.

Le chef de l'Etat burundais s'est soumis au verdict des urnes et en est sorti vainqueur, en 2005, puis en 2010, avant que sa troisième candidature, en 2015, ne soit combattue dans la rue pour son caractère "illégal", aux yeux de ses adversaires qui ne désarment pas.

D’autres amendements ont trait au réexamen des quotas ethniques de 60 %, pour la communauté majoritaire des Hutu, et 40 % pour la minorité Tutsi, jusque-là appliqués dans les instances du pouvoir exécutif, au Parlement et dans l’appareil judiciaire au bout de cinq ans de la prochaine législature.

Les autres propositions d’amendement portent sur l’introduction d’un poste nouveau de Premier ministre, chef du gouvernement, et la suppression de celui de deuxième vice-président de la République.

Dans le projet de Constitution qui révise la loi fondamentale post transition de 2005, il est encore prévu que l’adoption des lois ordinaires se fassent à la majorité simple et non plus à la majorité des deux tiers.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher