topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

M. Frédéric Nahimana est le nouveau Ministre de la Communication et des Médias. Il a été nommé par le décret présidentiel N¤ 100/136 du 14 septembre 2018. [@rib News, 18/09/2018] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
La Banque mondiale de retour au chevet du Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

PANA, 22 mars 2018

Burundi : Plus de 2,3 milliards de dollars américains de crédits de la Banque mondiale en 59 ans de coopération

Bujumbura, Burundi - La Banque mondiale (BM) a octroyé plus de 2,3 milliards de dollars américains, en crédits et en dons, pour le développement socio-économique des populations du Burundi, entre 1958 et 2017, a-t-on appris, mercredi, de source diplomatique à Bujumbura. [Photo  : Nestor Coffi, le Représentant-résident de la Banque Mondiale au Burundi.]

Les deux parties se sont retrouvées au cours d'un atelier d’experts, centré sur la revue de la performance du portefeuille de la Banque mondiale au Burundi.

La Banque mondiale, tout comme le reste des principaux partenaires techniques et financiers traditionnels, avait gelé leurs appuis financiers habituels pour cause de crise politique et des droits humains autour des élections controversées et émaillées de violences de 2015 au Burundi.

Selon le Représentant-résident de la BM, Nestor Coffi, plus de 660 millions de dollars américains ont été déjà budgétisés pour appuyer les investissements socio-économiques visant à réduire la pauvreté et promouvoir une croissance économique inclusive au Burundi.

Le Burundi est régulièrement cité dans les statistiques internationales comme l’un des pays les plus pauvres et dépendants du monde extérieur.

Le portefeuille destiné au Burundi pourra couvrir au moins dix projets nationaux totalisant 416,6 millions de dollars américains.

Les projets sont du domaine de l’agriculture, de l’énergie, de la santé, de la lutte contre la malnutrition, du commerce et la compétitivité, de la protection sociale et le travail, des transports et les technologies de l’information et de la communication (TIC), de la gouvernance, de l’environnement et des ressources naturelles.

La Banque mondiale promet également de faire bénéficier le Burundi des appuis qui financent déjà des projets régionaux, totalisant des engagements de 243,4 millions de dollars américains.

On ignore pour le moment si ce retour en force annoncé de la Banque mondiale va produire un effet boule de neige sur le reste des partenaires encore réticents à revenir dans un pays où de récents rapports internationaux concluent sur la persistance d’un mauvais climat sociopolitique et des affaires depuis 2015.

Au nombre des principaux partenaires traditionnels figure l’Union européenne (UE) qui a gelé plus de 430 millions d’euros d’aide budgétaire directe au gouvernement burundais dès le début de la crise.

C’est en vertu de l’article 96 de l’accord de Cotonou (Bénin) avec les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP/CEE) sur la bonne gouvernance démocratique et les droits humains que l’UE continue à geler cette manne financière pour le Burundi.

On rappelle que la coopération entre le Burundi et la BM remonte à l’année 1958 et avait été inaugurée par un crédit de 4,8 millions de dollars américains en faveur d’un projet d’aménagement du port de Bujumbura, sur le lac Tanganyika, bordant la capitale burundaise.

Jusqu’en 2002, la BM accordait des crédits au Burundi à un taux de 0,75%, avant que les dons ne prennent le dessus, à partir de 2016, à travers l’Association internationale de développement (IDA), a-t-on appris auprès de l'atelier.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher