topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le président Nkurunziza prône la "mise en avant des clans" au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

@rib News, 24/03/2018 – Source Xinhua

Burundi : la présidence réitère le plaidoyer pour "la mise en avant des clans" par rapport aux ethnies

Le porte-parole du président du Burundi, Jean-Claude Karerwa (photo), a réitéré vendredi le plaidoyer pour la "mise en avant des clans" au Burundi par rapport aux ethnies en vue de "renouer avec l'harmonie sociale d'antan" tel que prôné par le président Pierre Nkurunziza.

M. Karerwa, qui s'exprimait dans une émission publique des porte-paroles des institutions de l'Etat à partir de la province de Gitega (centre), a précisé que ce plaidoyer cher au président Nkurunziza, est destiné à montrer aux Burundais que "la dislocation des clans est au cœur des causes des tragédies" au Burundi ces dernières décennies.

Avant l'avènement des colonisateurs au Burundi, les hutu, les tutsi et les twa étaient des "classes sociales compte tenu de leurs fonctions et leurs capacités respectives dans la vie du pays". Selon le président, quand on évoque deux personnes d'ethnies différentes, c'est qu'elles parlent des langues différentes, qu'elles n'ont pas les mêmes coutumes, qu'elles résident dans des localités différentes et qu'elles ont des cultures qui ne se ressemblent pas. Mais les Burundais forment "un seul groupe ethnique", car ils "parlent la même langue, ont les mêmes coutumes et cultures". "C'est donc sur ces classes sociales qu'étaient la paix et l'harmonie de nos ancêtres", a expliqué le porte-parole.

A ce jour, les historiens ayant travaillé sur le passé du Burundi, concordent pour attester qu'au total, ce pays de la région africaine des Grands Lacs directement limitrophe du Rwanda au nord, de la République Démocratique du Congo (RDC) à l'ouest et de la Tanzanie au sud-est, "a été privé de sa souveraineté" pendant 66 ans : 20 ans sous la colonisation allemande (1896-1916), et 46 ans sous la puissance tutrice belge (1916-1962).

Le Burundi ancien, a-t-il poursuivi, abritait des clans d'où provenaient des forgerons, des guérisseurs, des "faiseurs de pluies", etc.

M. Karerwa a tenu à rassurer l'opinion publique qu'avec la mise en avant des clans au Burundi, les Burundais ne courent aucun risque d'assister à une domination d'un clan par un autre.

"Je tiens à rassurer l'opinion que si les Burundais renouent avec la bonne tradition ancestrale marquée par l'harmonie sociale, il n'y a rien à craindre parce qu'au moment où les clans étaient valorisés au Burundi, tout était bien régulé socialement", a-t-il fait remarquer.

"Nous voulons souligner ici que quand les Burundais ont disloqué leurs clans, ils n'ont pas réalisé qu'ils venaient de saper les fondements de leur unité à l'instar d'un arbre déraciné et qui perd aussitôt sa fraîcheur", a noté le porte-parole.

Pour lui, si les Burundais contemporains renouent avec la tradition ancestrale fondée sur la valorisation des clans, chaque Burundais saura quoi faire.

"Renouer ainsi avec une belle tradition fondée sur la valorisation des clans, n'est nullement donner le lit aux divisions ethniques, car, à l'époque monarchique, les Burundais ne s'entretuaient pas", a-t-il insisté. 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher