topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Appel à une politique pour la prévention et la gestion des catastrophes au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

@rib News, 25/03/2018 – Source Xinhua

Burundi : la "faiblesse du cadre légal" au cœur de la "vulnérabilité" face aux risques de catastrophes (expert)

La "faiblesse du cadre légal" burundais sur les risques de catastrophes telle qu'observée ces derniers temps, est au cœur de la "vulnérabilité" du Burundi en la matière, a noté dimanche Jean-Marie Sabushimike (photo), professeur à l'Université du Burundi, et membre de la plateforme nationale de prévention des risques et de la gestion des catastrophes.

Le 16 mars dernier, un éboulement de terrain a fait au moins six morts et trois blessés sur un chantier d'aménagement de la rivière Gasenyi en commune Mutimbuzi (nord-est de Bujumbura) via une canalisation des eaux de pluie. Presqu'au même moment dans le quartier Kiyange dans l'ouest de la capitale, un étage d'un édifice de trois niveaux s'est brutalement écroulé, causant également des dégâts humains (plusieurs morts et blessés) parmi les maçons qui le bétonnaient.

M. Sabushimike, lors d'un point de presse dimanche à Bujumbura, a plaidé pour l'amélioration du cadre légal sur la prévention des risques et de gestion des catastrophes afin d'évoluer vers l'éradication de cette vulnérabilité du Burundi en la matière.

"Les risques de catastrophes au Burundi, qui se matérialisent notamment par des incendies, l'écroulement des bâtiments et la destruction des infrastructures par ici par-là à travers le pays", sont selon M. Sabushimike, sont aussi liés aux "facteurs de la vulnérabilité" au premier rang desquels le "non respect du cadre institutionnel légal".

Pour remédier à cette situation, M. Sabushimike a recommandé aux pouvoirs publics habilités d'initier "en urgence", une politique nationale pour la prévention des risques et la gestion des catastrophes au Burundi.

Une telle politique accoucherait des textes de loi qui rendraient possible la mise en application directe d'autres réglementations en matière environnementale telles que celles portant sur les changements climatiques, et veillerait aussi à "la correction et la prévention de certaines erreurs humaines en termes d'aménagement du territoire au Burundi", a-t-il proposé.

Pour lui, aujourd'hui au Burundi, ce sont des "lacunes graves" prévalant en matière d'aménagement du territoire, qui sont à l'origine des risques "naturels" tels que les inondations.

Le 9 février 2014, des pluies diluviennes couplées à des glissements de terrain dans les quartiers nordiques de la province urbaine de Bujumbura-Mairie abritant la capitale burundaise, ont causé 51 morts et des dégâts matériels "importants", et provoqué des déplacements "massifs" des populations locales rescapées de cette catastrophe.

"Pour en venir à bout de cette problématique, il faut qu'on arrive au Burundi, à élaborer une cartographie détaillée pour mieux se rendre compte de l'ampleur possible de ces risques potentiels dans l'avenir. Car, aussitôt qu'on aura bien cartographié ces risques, la préparation de la réponse appropriée sera aisée en conséquence", a-t-il recommandé. 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher