topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

ALERTE : RIFIFI AU SEIN DE L’OPPOSITION BURUNDAISE CNARED EN PLEINE "REFONDATION" : JEAN MINANI & CIE ONT CLAQUÉ LA PORTE. [@rib News, 20/06/2018] ● Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le Burundi veut mettre en place un système d'alerte sur le paludisme Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Santé

@rib News, 10/04/2018 – Source Xinhua

Paludisme : le Burundi veut mettre en place un système performant d'alerte et de gestion précoce

Le Burundi veut mettre en place un "système performant d'alerte et de gestion précoce et efficace" des probables épidémies de paludisme, a annoncé mardi à Bujumbura Diomède Ndayisenga, directeur des projets et des programmes de santé au ministère burundais de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida.

M. Ndayisenga intervenait au cours d'un atelier de trois jours de "revue après action" (RAA) pour procéder à un "feed back de la gestion de la riposte" de l'épidémie de paludisme qui s'est abattue sur le pays pendant plusieurs mois au cours des années 2016 et 2017. L'objectif est d'évaluer ensemble "ce qui a bien marché et ce qui a moins marché", de déterminer les "grands jalons de riposte" aux épidémies, et enfin, d'établir un "nouveau parcours" à la survenue probable des situations pareilles à celles du passé.

Cette RAA, organisée du 10 au 12 avril dans la capitale, vise en substance à identifier les meilleures pratiques, les lacunes et les leçons apprises pour "contribuer au renforcement des capacités de prévention, de préparation, de détection et de riposte" aux urgences de santé publique causées par le paludisme.

D'après M. Ndayisenga, le paludisme, qui constitue le premier problème de santé publique et un "important fardeau socio-économique" au Burundi, aura été marqué tout au long de l'année 2016, par une "augmentation excessive" de cas ; au regard d'une consommation "excessive" des médicaments rapportée par des alertes médiatiques et des notes des administrations territoriales locales.

En 2017, les autorités sanitaires burundaises, sur base d'une expertise internationale validée par une mission des experts de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Bujumbura en janvier 2017, ont reconnu officiellement le 13 mars 2017 que le Burundi faisait face à une "épidémie de paludisme".

Pendant la période d'épidémie, le nombre de cas palustres au Burundi, confirmées par des experts de l'OMS, a dépassé "le seuil épidémique" avec plus de 8 millions de cas et plus de 3.800 décès en 2016. En 2017, du 1er janvier jusqu'au 13 mars 2017, date de déclaration de l'épidémie, plus de 2,2 millions de cas et plus de 1.000 décès ont été rapportés.

M. Ndayisenga a fait remarquer que les interventions "à haut impact", mises en œuvre dès la déclaration de l'épidémie pour protéger les populations des "zones à risque" en traitant précocement les malades, et renforcées par des actions de riposte dans 26 districts sanitaires les "plus affectés", se sont soldées par la déclaration de la fin de l'épidémie le 8 décembre 2017.

Selon lui, ces "progrès positifs" enregistrés au cours de ces périodes, sont le fruit d'une "synergie opérationnelle" notamment enclenchée entre les autorités sanitaires burundaises, les partenaires techniques et financiers(PTF), le personnel de santé et les agents de santé communautaire.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher