topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : la campagne référendaire sur la Constitution démarre dans la sérénité Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

@rib News, 02/05/2018 – Source Xinhua

La campagne référendaire sur le projet d'amendement constitutionnel a démarré mercredi sur la quasi-totalité du territoire burundais dans la sérénité, ont rapporté à Bujumbura des radios burundaises publiques et privées citant leurs envoyés spéciaux dans les provinces de l'intérieur du pays particulièrement celle ouverte dans la commune de Bugendana en province de Gitega (centre).

Le 23 avril dernier, le président du Burundi, Pierre Nkurunziza, a décrété que la campagne électorale pour le scrutin référendaire sur le projet d'amendement constitutionnel prévu le 17 mai prochain, est prévue du 1er au 14 mai 2018 où les Burundais en âge de voter vont se prononcer pour un "oui" ou un "non" vis-à-vis de ce projet.

Si le projet est adopté le 17 mai prochain, le Burundi se dotera d'une nouvelle constitution dont les innovations fondamentales comprendront notamment le passage à un mandat présidentiel de sept ans renouvelable une fois au lieu de cinq aujourd'hui, la création d'un poste de Premier ministre, et l'adhésion au calendrier budgétaire en vogue dans les cinq autres pays de la Communauté Est-Africaine (CEA).

Dans la commune de Bugendana, le secrétaire général du Conseil National pour la Défense de la Démocratie-Forces pour la Défense de la Démocratie (CNDD-FDD ; 1er parti au pouvoir), Evariste Ndayishimiye, a lancé la campagne référendaire, en présence de Pierre Nkurunziza, chef d'Etat burundais et président du Conseil des Sages du CNDD-FDD, instance suprême du parti.

Le lancement de la campagne référendaire du CNDD-FDD dans la commune Bugendana s'est déroulé dans une "ambiance paisible et calme", a insisté l'envoyé spécial de la radio burundaise privé Isanganiro, en soulignant que les encadreurs et les participants de cette campagne du parti présidentiel où la consigne politique donnée est celle d'appeler à voter "oui" au prochain scrutin référendaire, l'ont fait "avec sérénité".

En province de Ngozi (nord) au stade Muremera située au chef-lieu de cette province, la campagne électorale d'une coalition politique dénommée "Amizero y'Abarundi"(en français : "Espoir des Burundais") présidée par le 1er vice-président de l'Assemblée nationale, Agathon Rwasa, se réclamant de l'opposition parlementaire, a elle aussi, débuté dans la paix et la sérénité.

Les différents envoyés des médias locaux, radiophoniques et écrits, ont rapporté qu'à Ngozi, les militants de cette coalition présidée par M. Rwasa portaient des insignes appelant à voter "non".

Pour sa part, dans un point de presse tenu mercredi à Bujumbura, le président d'une formation politique extra-parlementaire dénommée "Union pour la Paix et le Développement"(UPD), Abdul Kassim, a appelé les militants à voter "oui" au prochain référendum constitutionnel.

"Le projet de nouvelle constitution burundaise est salutaire en ce sens qu'il promeut la démocratie au Burundi à travers la mise en place d'un poste de Premier Ministre portant la prérogative de chef du gouvernement et qu'il pourrait contribuer à mettre fin aux dissensions politiques au sein des formations politiques qui les ont fragilisés jusque maintenant", a-t-il expliqué.

La présence renforcée des forces de défense et de sécurité au cours de l'ouverture de cette campagne électorale, pourraient, selon les envoyés spéciaux des différents médias locaux, "fortement avoir contribué" au lancement apaisé de cette propagande électorale dans la perspective du scrutin référendaire du 17 mai prochain.

Les évêques de l'église catholique du Burundi ont invité mercredi les Burundais à voter dans la paix et dans liberté.

"Etant donné que nous sommes dans la voie démocratique que notre pays a empruntée, et que le vote a le dernier mot (...), il ne reste plus qu'à souhaiter que le référendum se fasse dans la paix et dans la liberté, et que sans pression aucune, les Burundais votent librement oui ou non", a déclaré dans un communiqué de presse Joachim Ntahondereye, évêque de Muyinga et président de la Conférence des Evêques catholiques du Burundi.

"Si le +oui+ remporte, nous serons régis par la nouvelle constitution et si le +non+ remporte, nous garderons celle qui nous régit actuellement", ont martelé les évêques.

Ils ont déploré les divisions qui se sont manifestées au sein des partis politiques, au sein de la société civile et au sein des organes dirigeants du pays, et regretté que des efforts de dialogue qui devraient rapprocher les Burundais n'aient pas abouti tous.

Considérant que "le processus démocratique est mis à l'épreuve depuis 2015" d'une part, et que, d'autre part, "un sursaut de conscience s'impose pour que nous reprenions tous à donner la priorité au bien de notre pays", les évêques reconnaissent que "la démocratie est un processus auquel on s'habitue petit à petit".

Dans de telles circonstances, "ce qui importe, c'est que les Burundais restent unis, se soucient de sauvegarder la paix et qu'ils cherchent à faire progresser la démocratie", selon eux. 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher