topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : graves accusations contre le gouvernement à la veille du référendum Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

Deutsche Welle, 16.05.2018

Alors que les habitants doivent voter pour le référendum constitutionnel, ce jeudi, opposition, société civile et ONG dénoncent un "climat de terreur".

Au Burundi, le référendum constitutionnel aura lieu ce jeudi 17 mai. La campagne électorale qui s'est achevée lundi a été émaillée par de nombreux cas de violences et d'enlèvements. [Photo : Le président Pierre Nkurunziza lors de la campagne pour le "Oui" au référendum du 17 ami prochain.]

 

Selon de nombreux témoignages, les partisans du Non étaient systématiquement traqués et emprisonnés. Certains d'entre eux ont été assassinés. Un climat de terreur que dénoncent l'opposition, la société civile et plusieurs ONG de défense des droits de l'Homme. 

Les jeunes du CNDD-FDD accusés

Dans un communiqué publié mardi, le Haut-commissaire aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad al Hussein, s'est dit inquiet par la montée de la tension au Burundi. Un climat de terreur imputé aux Imbonerakure, les jeunes du CNDD-FDD, le parti au pouvoir.

"Les agents de la répression et membres de cette sorte de machine répressive qui est à l'œuvre comptent les "Imbonerakure", la milice, la ligue des jeunes du parti au pouvoir, mais aussi des agents du service des renseignements, des élus collinaires, des représentants de la police", assure Tcherina Jerolon, responsable adjointe du bureau Afrique de la FIDH, la Fédération internationale des droits de l'homme. "Encore une fois, une machine qui est à l'œuvre depuis avril 2015 pour terroriser la population."

Des accusations que confirme le leader de la coalition d'indépendants Amizero y'Abarundi. Plusieurs de ses militants et sympathisants ont été victimes des violences de ces jeunes Imbonerakure. "Le climat de terreur est entretenu beaucoup plus par les jeunes du parti CNDD-FDD", raconte Agathon Rwassa. "Mais quelquefois, ils bénéficient de la complicité de certains agents ou officiers de police qui ne comprennent pas qu'ils doivent être au service de la nation et non au service d'une partie de la population, à savoir le parti au pouvoir."

Démenti des autorités

Les autorités burundaises, pour leur part, démentent. "C'est un raccourci, vous savez. On parle des Imbonerakure pour ternir l'image du gouvernement", assure Gaston Sindimwo, premier vice-président du Burundi.

"Il y a ceux qui commettent des bavures. Tous ces gens là sont punis. Ils sont punis dans leurs partis politiques, ils sont punis aussi au niveau du pouvoir. Quand vous voyez les honorables (les députés, ndlr) qui sont pour le Non, ils sont encadrés par la police." Il assure que la police est là pour la protection de la population. "Notre police fait un travail exemplaire. Nous vous promettons une élection libre, transparente et apaisée."

Vendredi 11 mai, aux environs de 22 heures, dix femmes et onze enfants ont été tués par des hommes non encore identifiés. Le drame s'est déroulé à Cibitoke, situé à près de 60 kilomètres de Bujumbura, la capitale.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher