topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Durant les mois de juillet et août 2019, ARIB.INFO se met en mode vacances ! Des articles seront régulièrement postés sur le Site Web mais le traitement des informations sera ralenti. Le rythme habituel reprendra en septembre. [La Rédaction] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
BURUNDI : Les personnes retournées trouvent un nouveau domicile Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société
IRIN, 27 avril 2010


Photo: Judith Barasuta/IRIN
Le manque de terres à cultiver fait partie des problèmes clés auxquels font face les populations rapatriées dans le village de Nyakazi, dans la province de Makamba

BUJUMBURA - À seulement deux kilomètres de la frontière tanzanienne, le village « intégré » de Nyakazi, dans la commune de Kibago, province de Makamba, compte 198 familles, dont 80 pour cent sont des personnes retournées, sans terres.

Il compte parmi plusieurs villages bâtis dans le sud du Burundi pour faciliter la réintégration de centaines de personnes retournées, parties à cause de la guerre civile de 1972.

L'une de ces personnes, Phenias Gisahara, a été rapatrié de Tanzanie en 2009, avec sa femme et ses quatre enfants, et est retourné dans son village d’origine, dans la province de Bubanza (dans l’ouest). Mais ses terres étaient occupées : une école primaire et un hôpital avaient été construits là où se trouvait sa maison. Il a fini par se retrouver à Nyakazi.

Des cas tels que celui de M. Gisahara ont conduit à la création des villages intégrés, a dit la représentante du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) au Burundi, Clémentine Nkweta-Salami.

« Ils [les personnes retournées] étaient heureux d’être rapatriés, mais ils n’avaient pas de proches. Pour eux, Ruyigi [dans le nord-est], ou toute autre région, ne signifie rien », a dit Mme Nkweta-Salami.

Les villages sont construits selon le concept de villages de la paix, dont l’objectif était d’aider à refermer les blessures et d’encourager la réconciliation entre les trois groupes ethniques du pays (les Hutus, les Tutsis et les Twas) à la fin d’une guerre civile prolongée.

Des institutions sociales partagées, telles que des écoles, sont mises à disposition des villageois pour encourager l’intégration avec les communautés voisines. Des évènements sportifs et des réunions sont également organisés.

Des difficultés se sont pourtant présentées, comme le manque d’accès à des services de santé et à l’eau à cause des délais de mise en œuvre.

« L’idée à l’origine des villages intégrés était d’en faire des pôles de développement pour les personnes retournées et les communautés environnantes. Ils devaient faciliter une cohabitation paisible, avec des services accessibles aux résidents et aux autres. Nous devons donc honorer nos promesses », a dit Marceline Bararufise, gouverneure de la province de Rutana.

L’accès à la terre s’est également révélé être un obstacle à la réintégration. À Nyakazi, environ la moitié des foyers ont accès à des terres pour cultiver, a dit le chef du village, Boniface Rambo.

Mais même les terres disponibles posent problème. « Nous sommes allés cultiver nos terres et des gens ont amené des machettes. Si vous plantez du manioc, ils déracinent les plants. Nous avons fui un conflit ethnique, mais nous sommes maintenant peut-être confrontés à un conflit foncier », a dit M. Gisahara.

C’est désespérant, a-t-il dit. « Si nous demandons de l’aide maintenant en sachant que nous pourrons récolter un jour ou l’autre, nous pourrions garder courage », a-t-il ajouté.

Manque de travail

Le manque de travail est également source de préoccupations. Uzia Nishimwe est arrivée à Nyakazi depuis la commune de Rogombo, dans la province de Cibitoke, au nord-ouest, début avril, et elle craint que sa ration alimentaire s’épuise.

« Je ne sais pas ce que je ferai après [que mes ressources alimentaires se soient épuisées]. Il semble qu’ici ils vivent de petits boulots, mais nous ne savons pas où aller, car nous sommes nouveaux », a dit cette mère de deux enfants.

Certaines personnes retournées traversent la frontière tanzanienne pour chercher du travail.

Les activités génératrices de revenus prévues sont en attente de fonds pour commencer, a dit Matteo Frontini, conseiller sur le terrain du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). En outre, la liste des futurs bénéficiaires doit encore être validée.

Questions de santé

Les personnes retournées sont obligées de parcourir au moins 12 km à pied, ou de traverser la frontière tanzanienne, pour atteindre le centre de santé le plus proche. L’absence de certificats de naissance empêche les enfants de moins de cinq ans de bénéficier de la gratuité des soins.

International Medical Corps organise des cliniques mobiles hebdomadaires dans les villages, a dit le coordinateur de la promotion de la santé de Rutana, Aloys Ndikuriyo.

Quatre hôpitaux ont été identifiés dans les provinces méridionales de Bururi, Makamba et Rutana pour offrir des soins gratuits aux personnes retournées, a dit Chantal Hatungimana, directrice du service de rapatriement au ministère de la Solidarité nationale.

Actuellement, seuls trois hôpitaux de la capitale Bujumbura offrent des soins gratuits, excluant ainsi de nombreuses personnes retournées et autres personnes vulnérables vivant en province.

Travail en cours

Les villages encouragent les personnes qui n’ont pas de proches au Burundi à se faire rapatrier.

« Ils donnent de l’espoir et motivent les gens à se faire rapatrier. Ils [les personnes retournées] voient que, même s’il y a toujours des problèmes, ils auront un logement. Sinon où iraient-ils ? » a dit le responsable du HCR à Makamba, Kouyou Wella.

Nyakazi est l’un des 10 villages intégrés et abrite non seulement des personnes retournées, mais également des membres de communautés vulnérables identifiés par l’administration locale.

Un village de six hectares est en construction dans la région de Nyabigina, qui se trouve aussi dans la province de Makamba et où seront logées 200 familles à la fin des travaux, au mois de mai.

[FIN][Les informations vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences]

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher