topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Sans surprise, le Oui devrait arriver en tête du référendum au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

Deutsche Welle, 18.04.2018

La participation devrait être plus élevée que celui des élections de 2010 et 2015. A Bujumbura, le score serait plus serré et une des trois communes de la capitale pourrait avoir voté majoritairement Non. [Photo : Le président burundais, Pierre Nkurunziza, vote lors du référendum constitutionnel, le 17 mai 2018.]

 

Selon les premières estimations, le Oui devrait arriver largement largement en tête. En revanche, le score devrait être plus serré à Bujumbura et le Non pourrait même l'emporter dans une des trois communes de la capitale, celle de Ntahangwa, située au nord de la ville.

Annoncée pour vendredi après-midi (18 mai), la communication de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) pourrait prendre du retard puisqu'après les résultats communaux viendront ceux des provinces et enfin les chiffres au niveau national. 

Dans les bureaux et centres de vote de la municipalité de Bujumbura, qui regorge un nombre important d’opposants au régime du président Pierre Nkurunziza, les électeurs étaient plus nombreux qu’au cours des deux précédents scrutins.

Ces électeurs - pour la plupart - ont confié à la Deutsche Welle qu’ils n’avaient pas participé aux élections de 2010 et 2015. Ils auraient été empêchés par des éléments de l’opposition.  

Le référendum a été contrôlé de près par le régime et portait sur une vaste révision constitutionnelle destinée à renforcer le pouvoir du président Pierre Nkurunziza et à lui permettre d'éventuellement rester en fonction jusqu'en 2034.

Les électeurs rencontrés par la DW indiquent qu’ils allaient voter Non au referendum parce que, disent-ils, le nouveau projet de constitution viole l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi. 

Le projet de constitution proposé permet en effet de prolonger le mandat présidentiel de cinq à sept ans. Mais il reste muet sur la participation ou non de l'actuel président à l’élection présidentielle de 2020. 

Ainsi, ces électeurs veulent empêcher par la voie des urnes que l'actuel président puisse briguer deux nouveaux mandats. Et c'est dans ces conditions  que la coalition Amizero y’Abarundi dirigée par Agathon Rwasa a également mobilisé ses membres et sympathisants à voter "non".   

De son côté, le parti au pouvoir – le CNDD-FDD et ses alliés - avaient appelé leurs membres à participer massivement au referendum constitutionnel en votant "oui".  

Réaction du gouverneur de Ngozi

Au micro de la DW, le gouverneur de la province Ngozi Albert Nduwimana s'est réjouit du déroulement de l’élection. Même s'il évoque des irrégularités qui ont été observées et qui ne peuvent pas influencer les résultats dit-il.  Quant aux résultats provisoires, ils sont attendus ce vendredi.   

HWR dénonce les exactions

Dans un rapport publié, Human Rights Watch indique que les services de sécurité du Burundi et des membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir ont tué, violé, enlevé, battu et intimidé des opposants présumés dans les mois précédant le référendum constitutionnel du 17 mai 2018.  

Près de cinq millions de Burundais étaient appelés à se prononcer sur le projet d'amendement de la Constitution devant permettre à Pierre Nkurunziza de se maintenir à la tête du Burundi jusqu'en 2034.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher