topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Nkurunziza bien parti pour régner ad vitam aeternam sur le Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

Le Pays21 mai 2018

Victoire du Oui au Référendum constitutionnel au Burundi

L’absolutisme en marche

Quatre jours après la tenue du référendum contesté au Burundi, les résultats sont tombés hier, 21 mai 2018. Et c’est sans surprise que le « Oui » l’a largement emporté, avec plus de 73% des voix des électeurs, pour un taux de participation de plus de 96%.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette victoire écrasante du « Oui » à ce référendum dont l’opposition rejette déjà les résultats, est le dernier clou que le président Nkurunziza vient de mettre au cercueil de l’accord d’Arusha, signé en août 2000, qui avait permis au pays de rebondir, après sept ans de guerre civile qui avait fait près de 300 000 morts. Et c’est Nelson Mandela qui doit se retourner dans sa tombe, lui qui n’avait ménagé aucun effort pour trouver un modus vivendi entre les frères ennemis burundais, à travers l’accord de la capitale tanzanienne censé, selon ses propres mots, « apporter la sécurité aux Tutsi et la démocratie aux Hutu ».

Nkurunziza a atteint son objectif

Et il y a d’autant plus de raisons que l’icône de la lutte anti-apartheid se retourne dans sa tombe, qu’aujourd’hui, les Burundais n’ont ni l’une ni l’autre. Et Madiba était certainement loin d’imaginer que quelques années plus tard, un seul individu prendrait tout le peuple en otage, en froissant cet accord historique de sortie de crise pour le jeter à la poubelle de l’Histoire. En tout cas, au vu des résultats, l’on peut dire que Nkurunziza a atteint son objectif qui était de montrer, par la voie des urnes, que c’est son peuple qui l’a adoubé, pour conduire sa destinée.

Mais il ne saurait tromper personne tant le monde entier aura été témoin de l’atmosphère de terreur qui aura entouré la tenue de ce référendum contesté, avec, comme le dénonce la coalition de ce qui reste de l’opposition au pays, « les intimidations et le harcèlement » dont ont été victimes les populations. Surtout de la part des Imbonerakure, ces Hitlerjugend des temps modernes entretenus par le pouvoir de Bujumbura, pour semer la terreur au sein des populations.

Maintenant que le président Nkurunziza s’est légalement ouvert le chemin de l’éternité au pouvoir, l’on peut dire que l’absolutisme est en marche au Burundi. D’autant plus que le satrape a pris le soin, à travers les nouveaux textes, de verrouiller le système en concentrant l’essentiel des pouvoirs entre ses mains, sachant que rien ne s’oppose désormais à ce qu’il puisse briguer d’autres mandats présidentiels. Et Dieu seul sait si en Afrique, comme le disait du reste un chef d’Etat, « l’on n’organise pas des élections pour les perdre ».

Nkurunziza est donc bien parti pour régner ad vitam aeternam sur le Burundi, l’échéance de 2034 n’étant qu’un mirage pour faire croire à un semblant de démocratie dans ce pays. Et il y a fort à parier qu’à l’approche de cette date, le tyran trouvera une autre formule pour prolonger son bail à la tête de l’Etat. A moins que d’ici là, Dame nature ne fasse son œuvre ou que le peuple burundais se trouve un sauveur providentiel.

En attendant, il n’y a rien de surprenant dans cette victoire à la soviétique, au référendum de Pierre Nkurunziza. Mais le pasteur-président ne devrait pas en être fier car, comme le dit l’adage, « à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ». Et c’est peu de dire que non seulement il n’y avait pas péril en la demeure puisqu’il n’y avait aucun risque de voir le «Non » l’emporter, mais en plus, ces résultats ne traduisent en rien le libre choix des Burundais.

Le peuple burundais peut légitimement se sentir orphelin

En tout cas, c’est ce que dit l’opposition réunie au sein de la coalition d’indépendants Amizero, lorsqu’elle soutient : « C’était un petit théâtre électoral. Ce n’était pas vraiment des élections : il y a eu arrestations ; il n’y a pas eu vote secret ; les Imbonerakure accompagnaient les votants dans les isoloirs ; (…). C’est la raison pour laquelle on ne peut pas reconnaître les résultats de cette parodie électorale». Mais quelles chances a-t-elle de se faire entendre, dans un pays où tout ce qui se compte comme opposants sérieux, a été contraint à l’exil pour sauver sa peau ? Assurément, pas grand-chose.

Car, Aghaton Rwasa, qui conduit aujourd’hui cette coalition d’indépendants qui rejette ces résultats, a beau crier, il est difficile de lui donner le bon Dieu sans confession, vu le degré de compromission qui a été le sien au plus fort de la contestation et qui l’a amené à composer avec un pouvoir que tout le monde vouait aux gémonies. S’il avait cru en la bonne foi du président Nkurunziza en croyant peut-être naïvement que ce dernier reviendrait à de meilleurs sentiments à l’issue de son troisième mandat querellé, il n’a aujourd’hui que ses yeux pour pleurer, face à la confiscation en règle du pouvoir à laquelle ce dernier est en train de procéder.

En tout état de cause, ce référendum constitutionnel burundais qui fait des gorges chaudes, a tous les attributs des référendums qui se tiennent au Gondwana. Généralement voulus par le chef de l’Etat, ils se déroulent dans un climat de terreur qui ne laisse place à aucune alternative d’échec, étant entendu qu’en amont et en aval, des dispositions sont prises pour fabriquer des résultats qui répondent aux exigences des objectifs visés. C’est, visiblement, ce tour de force que vient de réussir le président Nkurunziza au Burundi.

Cela dit, face à cette nouvelle forfaiture, le silence assourdissant de la communauté internationale qui sera une fois de plus restée atone et aphone, ne sera pas passé inaperçu. C’est la preuve, si besoin en était, que le peuple burundais peut légitimement se sentir orphelin. Il lui appartient donc de prendre son destin en main et de se donner les moyens de briser les chaînes de la tyrannie.

NdlR : "Le Pays" est un journal burkinabé fondé par Boureima Jérémie Sigue en 1991. Le journal est réputé indépendant du pouvoir politique et est le plus populaire du pays.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher