topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : la coalition d’Agathon Rwasa muselée par la nouvelle Constitution ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

RFI, 23-05-2018

Le Burundi a adopté jeudi 17 mai un projet de Constitution contesté, qui va acter la mort de l'Accord de paix signé en 2000 à Arusha qui a ouvert la voie à la fin de la guerre civile qui a fait plus de 300 000 morts au tournant des années 2000. La nouvelle Constitution du Burundi devrait permettre au président Pierre Nkurunziza de rester au pouvoir jusqu'en 2034 en concentrant désormais tous les pouvoirs entre ses mains et ceux de son parti, à côté d'autres changements radicaux qu'elle va introduire. [Photo : L'opposant burundais et leader de la coalition Amizero y'Abarundi Agathon Rwasa vote lors du référendum constitutionnel le 17 mai 2018.]

Finie par exemple l'obligation faite au parti majoritaire de partager le pouvoir avec tous les partis ou coalitions d'indépendants ayant obtenu 5% aux législatives, ce qui avait alors poussé le président Pierre Nkurunziza a tout faire pour avoir son principal opposant Agathon Rwasa et sa coalition Amizero y'Abarundi dans les institutions.

Menaces, pressions régionales, et même de possibles dessous de table, Pierre Nkurunziza et son parti avaient tout fait en 2015 pour « convaincre » Agathon Rwasa et sa coalition d'indépendants d'intégrer des institutions contestés. Comme le prévoit la Constitution, ils avaient reçu en échange de nombreux postes hauts placés, dont cinq de ministres et deux de gouverneurs de province. Mais cela n'a amélioré en rien les relations entre les deux hommes.

Depuis, Nkurunziza et son parti ont accentué leur mainmise sur le pays. Ils ont donc décidé de changer la Constitution, l'occasion rêvée de se débarrasser d'un frère ennemi de toujours. Les deux forces politiques qu'ils représentent sont issues des deux principaux mouvements rebelles hutus qui se sont combattus à plusieurs reprises pendant la guerre civile.

Il a donc élagué du projet de Constitution l'imposition de partager le pouvoir avec l'opposition. Du coup, plus besoin d'Amizero y'Abarundi, un article de la future constitution dit clairement que « les coalitions d'indépendants sont interdites ».

« Non, ce n’est pas seulement moi, ce n’est pas seulement Amizero y’Abarundi, cela concerne tous ceux qui ne sont pas comme le souhaite celui qui a initié ce projet de Constitution, explique Agathon Rwasa. Tous ceux dont il n’a pas besoin, il va alors les chasser. Le nom Amizero peut ne pas exister mais nous existerons, on va résister politiquement ».

Sa coalition d'indépendants a été jusqu'ici l'une des principales cibles de la répression en cours au Burundi, selon l'ONU et les ONG. Les fidèles d'Agathon Rwasa disent aujourd'hui craindre encore plus l'avenir.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher