topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le Burundi s'obstine à vouloir organiser le sommet des chefs d'Etat du Comesa Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diplomatie

RFI, 24-05-2018

Comesa : Bujumbura joue son va-tout pour garder le sommet des chefs d’Etat

Coup dur politico-diplomatique pour le Burundi, qui vient de perdre l'organisation du sommet des chefs d'Etat du Comesa, à moins de deux semaines d'un évènement qui devait sceller, aux yeux des autorités, le retour du Burundi dans le concert des nations et la fin de la crise qui a débuté en 2015.

Le secrétaire général de ce Marché commun de l'Afrique Australe et de l'Est a annoncé au gouvernement burundais il y a quelques jours le retrait de l'organisation de ce sommet à Bujumbura et son report en juillet, cette fois au siège de l'organisation à Lusaka, en Zambie, sans aucune explication.

Mais Bujumbura a décidé de ne pas se laisser faire, dénonçant « un manque de respect à sa souveraineté » et a décidé de se battre jusqu'au bout en continuant à organiser son sommet, tout simplement.

Les préparatifs en vue du sommet des chefs d'Etat se poursuivent à Bujumbura, comme si de rien n'était. Les inscriptions en ligne des délégués continuent d'affluer, jure le président du comité d'organisation, des centaines de véhicules censés transporter le moment venu les délégués sont en train d'être réquisitionnés, des pancartes ont été installées dans toute la ville et les rues pavoisées aux couleurs des Etats membres.

Le chef de la diplomatie a écrit à ses homologues pour rejeter une décision que le pays qualifie d'illégale. Le pouvoir burundais ne s'avoue donc pas vaincu, même si ses détracteurs se moquent de cette attitude à longueur de journée sur les réseaux sociaux, en parlant de déni de la réalité.

Raisons sécuritaires ou pressions de l'UE ?

Mais un haut cadre des Affaires étrangères rappelle qu'ils étaient déjà parvenus à faire changer d'avis le Comesa lorsqu'il avait tenté de retirer une première fois au Burundi l'organisation de ce sommet en 2017. Ils ne désespèrent pas d'y parvenir une nouvelle fois, même s'il reconnaît que cela sera autrement plus difficile. Bujumbura voit derrière cette décision des pressions de l'Union européenne, même si le Comesa invoque des raisons sécuritaires.

De son côté, le secrétaire d'Etat rwandais aux Affaires étrangères a expliqué dans un tweet que seuls deux pays sur les 18 autres Etats membres – les Seychelles et la Zambie, précise une source du Comesa – avaient confirmé la présence de leurs chefs d'Etat au sommet de Bujumbura. « Il était devenu quasiment impossible de maintenir ce sommet à Bujumbura dans ces conditions », justifie ce cadre de l'organisation régionale.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher