topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
L’œil de Glez : France et Burundi, à qui le bonnet d’âne ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

Jeune Afrique, 31 mai 2018

 Tempête dans une auge d'eau : une affaire d’ânes offerts, puis mis en quarantaine, démontre qu’entre la France et le Burundi, tout est politique…

Acte 1 : l’ambassade de France à Bujumbura finance un don de dix ânes à des villageois burundais de la province de Gitega, pour aider femmes et enfants à transporter les produits agricoles, l’eau et le bois de chauffe.

Acte 2 : des responsables politiques, notamment des proches du président Pierre Nkurunziza, s’insurgent contre cette opération. Acte 3 : le ministre burundais de l’Agriculture ordonne la mise en quarantaine des animaux. Problème sanitaire ou idéologique ?

Les détracteurs politiques ou lambda développent trois types d’arguments qui vont dans le sens de la quarantaine. Primo, celui de l’incongruité géographico-zoologique : l’âne n’est pas un animal indigène du Burundi. L’introduction négligente de l’équidé ferait-elle courir un risque à l’équilibre de la biodiversité burundaise ?

Il ne s’agit pourtant pas d’un don incongru de caïmans à des Inuits du Groenland. Les animaux en question ne viennent que de la Tanzanie voisine. Le ministre de l’Agriculture Déo-Guide Rurema évoque une distribution des ânes « sans respecter les procédures techniques de distribution d’animaux exotiques », tandis que l’ambassadeur de France, Laurent Delahousse, indique qu’à sa connaissance « toutes les procédures ont été respectées » dans « l’introduction de la Land Cruiser du règne animal ».

Le second argument « ânophobe » relève étonnement de la pratique francophone. Si des figures proches du pouvoir qualifient le don d’ « insulte à la nation », c’est aussi, selon certains détracteurs, parce que l’âne symbolise l’ignorance et la bêtise dans la langue française…

Bien sûr, c’est un aspect moins linguistique et moins zoologique qui semble justifier la mini-crise diplomatique. Si les responsables du régime noient le poisson – l’âne, en l’espèce –, les twittos réagissent avec moins de pincettes. Pour Appolinaire Nishirimbere, la mise en quarantaine est une « victoire face au néocolonialisme ». Là encore, le premier des diplomates français au Burundi précise que son pays n’a pas pris l’initiative de l’introduction des animaux, mais qu’il a répondu à la demande d’une ONG burundaise.

Référendum controversé

La toile de fond de cette affaire est clairement le discours régulièrement critique du pays d’Emmanuel Macron sur la situation politique au Burundi et en particulier sur l’actuelle réforme constitutionnelle qui offre la possibilité à Pierre Nkurunziza de briguer la présidence jusqu’en 2034. Le référendum du 17 mai dernier n’était pas du goût de la France, comme n’était pas du goût du Burundi la visite en France du voisin Paul Kagame, pourfendeur feutré de la stratégie politique de Bujumbura, et plus largement le rapprochement entre les deux pays.

Les dix ânes de Gitega – et les milliers qu’il était prévu d’introduire dans la région – ont donc été pris en otage par les enjeux politiciens. S’ils véhiculent de l’eau ou du bois de chauffe, ils portent aussi sur leur dos le poids de la politisation. Pas sûr, pour autant, que l’introduction de l’espèce soit compromise. Un projet similaire se déroule sans encombre dans la province de Ruyigi. Il est financé par la Belgique.

par Damien Glez

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

 

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher