topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi - Les élections de 2010 : un test à ne pas rater pour consolider la paix Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Analyses

@rib News, 04/05/2010 – Source FIDH

  A la veille de l’ouverture officielle de la campagne électorale qui va mener les Burundais aux urnes pour 5 scrutins successifs, dont l’élection, le 28 juin 2010 du Président de la République au suffrage universel direct, la FIDH et son organisation affiliée, la Ligue burundaise des droits de l’Homme « Iteka », appellent le parti au pouvoir, les partis d’opposition, les médias, la société civile et les forces de sécurité à réussir le défi d’élections libres, transparentes et apaisées.

Pour la première fois depuis l’Accord d’Arusha signé en août 2000, les élections générales vont se dérouler dans un contexte de paix, le dernier mouvement armé Palipuhutu – FNL ayant rendu les armes en 2009 pour se transformer en parti politique, le FNL. Les dispositions de l’Accord d’Arusha et de la Constitution de 2005, concernant la réinsertion ou l’intégration des éléments rebelles au sein des forces de sécurité, la représentation ethnique au sein des institutions et le retour des réfugiés, ont permis au Burundi de retrouver la paix après 12 années de guerre civile.

Cette situation inespérée il y a encore quelques mois, demeure néanmoins perturbée par la fragilité de l’Etat de droit. Le système judiciaire, inefficace et dépendant, doit être réformé dans son ensemble et le secteur de la sécurité dégrossi et dépolitisé. La corruption, y compris aux instances supérieures de l’Etat, et la circulation d’armes légères et de petit calibre sont inquiétantes. Les libertés publiques doivent être renforcées. Le rapport de la FIDH et d’Iteka fait le point sur ces difficultés.

C’est dans ce contexte délicat que vont se dérouler les 5 scrutins électoraux, véritable « moment de passion, de nervosité et de tension », comme le définit le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Cette tension est présentée dans le rapport d’enquête qui dévoile les coulisses de la pré-campagne. Particulièrement, le parti au pouvoir, le CNDD-FDD, a multiplié les moyens légaux et illégaux pour tenter de contrôler l’issue des élections en sa faveur : recherche d’un cadre électoral modelé selon sa volonté, tentative d’inféodation de la CENI, manipulations lors de l’enregistrement des électeurs (d’autres partis ont également participé aux manipulations), soutien de dissidences au sein des partis d’opposition, accusations d’infractions pénales contre certains leaders de l’opposition, violation du droit de réunion des partis politiques, restriction et contrôle des activités de la société civile.

Si la vigilance des partis politiques, de la société civile et de la communauté internationale a permis de contrecarrer la plupart de ces manœuvres, « les inquiétudes relatives aux conditions du déroulement du processus électoral demeurent » a déclaré le président d’Iteka.

La FIDH et Iteka appellent à la neutralité de l’administration et à la non utilisation des moyens de l’Etat pendant la campagne électorale et souhaitent le libre exercice d’observateurs nationaux et internationaux pour contrôler le bon déroulement des opérations de vote. Nos organisations exigent en outre des garanties quant au libre exercice de la Cour constitutionnelle chargée de la validation des résultats des scrutins.

La sécurité des acteurs politiques et des membres de la société civile est également un enjeu fondamental de ces élections. Un processus électoral teinté de violence fausserait inévitablement la liberté et la transparence des scrutins et risquerait d’être l’étincelle hypothéquant les efforts de paix déjà consentis. L’existence démontrée dans le rapport d’enquête d’assassinats à mobile politique et d’entrainements paramilitaires des jeunes des partis sont particulièrement inquiétants à cet égard. C’est pourquoi nos organisations exhortent les partis politiques, les forces de sécurité et les médias à dénoncer toute violence et appellent à des sanctions immédiates et effectives contre toute personne violant les dispositions du Code pénal, du Code électoral et du Code de bonne conduite dans le contexte électoral.

« Les élections de 2010 doivent mener le Burundi vers une ère démocratique porteuse d’espoir pour le renforcement d’un Etat de droit solide respectueux des droits de l’Homme. Les élections ne doivent pas hypothéquer mais consolider les efforts de paix », a déclaré Dismas Kitenge, Vice-président de la FIDH.

Lire l’intégralité du rapport 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher