topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Consommation de la drogue à tous les âges au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

PANA, 28 juin 2018

Bujumbura, Burundi - Le ministre de l’Intérieur et de la Prévention des catastrophes, Alain Guillaume Bunyoni, a révélé mercredi, une étude sur les usagers de drogues à fumer et injectables dans la ville de Bujumbura, capitale du Burundi, qui montre que 48% des consommateurs avaient entre 18 et 24 ans, en 2017.

L’étude du ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le VIH/SIDA avait pour objectif d’estimer la taille, en nombre, des usagers de drogues, la séroprévalence du VIH et les facteurs de risques associés.

Sur un échantillon de 127 usagers de drogues à fumer et injectables à Bujumbura, le rapport a révélé que 10,2% avaient fini par se contaminer au VIH/SIDA, 9,4% à l’hépatite B et 5,5% à l’hépatite C, toujours dans la tranche des jeunes de 18 à 24 ans.

Mardi, la journée internationale contre l’abus et le trafic des drogues était passée presque inaperçue au Burundi où les consommateurs ont des choix variés entre le cannabis, l’héroïne, la cocaïne ou encore la marijuana.

Selon Interpol (la police internationale), le Burundi est encore une plaque tournante des réseaux de trafiquants répartis entre l’Asie, l’Europe et l’Afrique.

Un seul Centre neuropsychiatrique à Bujumbura et pour le reste du pays offre des services de désintoxication pour une capacité d’accueil de moins de 100 lits, a-t-on appris sur place.

En général, les jeunes drogués sont issus des milieux aisés et peuvent se procurer facilement un gramme d’héroïne à 5.000 francs burundais (près de 3 dollars américains), selon les témoignages.

 « Urumogi », le cannabis burundais, est encore plus facile à se procurer étant donné qu’il pousse dans la plupart des régions du pays, sur de petits lopins de terre dissimulés entre d’autres cultures vivrières ou dans les jardins, pour les citadins.

Cette drogue douce est aussi utilisée par les éleveurs pour soigner certaines maladies bovines, tandis que les « Batwa » (Pygmées du Burundi) s’en servent pour supporter le froid des forêts ou encore la faim, quand ce n’est pas à l’occasion de certaines cérémonies rituelles, dit-on dans ce milieu social défavorisé du pays.

D’autres «drogues exotiques de prestige», comme la cocaïne et l’héroïne, se sont développées et répandues au Burundi à l’arrivée des « Bazungu » (« coopérants blancs », en langue locale).

Les « Bazungu » traitent discrètement avec de petits vendeurs ambulants qui proposent des cigarettes importées dans une main et des joints dans l’autre, aux abords des grands hôtels de Bujumbura, sait-on de notoriété publique.

Les enfants de la rue, dans les grandes villes du Burundi, sont les autres consommateurs réputés et dépendants des drogues pour tromper la misère.

Les jeunes de la rue témoignent qu’ils se livrent à la consommation des drogues et autres euphorisants liquides pour résister à la faim, au froid nocturne et aux viols dont ils sont souvent victimes.

Certains ne se cachent pas pour inhaler de l’essence ou pour fumer de la marijuana qui ne coûte que 100 francs burundais (0,05 centimes du dollars US) avec l’argent mendié la journée, disent-ils.

La détérioration de la situation politique du pays, suite aux violences électorales de 2015, a encore contribué à grossir les rangs des consommateurs de drogues à Bujumbura pour vaincre la peur, selon leurs dires.

Les taux d’abandon scolaire élevés, le banditisme et diverses autres formes de délinquance juvénile s’expliquent également par l’expansion de la consommation des drogues au Burundi, déplorent les milieux éducatifs nationaux.

Face à cette réalité, le ministre a déclaré que le gouvernement burundais «ne ménagera aucun effort pour renforcer la coopération aux échelons national, régional et international dans le but de parvenir à une société affranchie des abus de la drogue».

Par ailleurs, le gouvernement burundais « soutiendra toute initiative qui aura pour objectif la sensibilisation au grand danger que sont les drogues illicites pour la société, mais aussi les initiatives visant la désintoxication, la prise en charge médicale et la réinsertion sociale des victimes des drogues».

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher