topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : les «contributions volontaires» pour les élections font polémique Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

RFI, 13-07-2018

Déjà très pauvre, la population burundaise va devoir mettre la main à la poche pour financer les élections.

Au Burundi, après les fonctionnaires et autres professions libérales, c'est au tour des simples paysans de commencer à contribuer pour les élections de 2020, où le pouvoir est bien décidé à ne plus dépendre de l'aide internationale dans ce domaine.

Cette fois, c'est chaque ménage, avec ou sans revenus fixes, qui est appelé à payer 2 000 FBU par an. Les étudiants et élèves du secondaire qui auront 18 ans en 2020 doivent payer eux la somme de 1 000 FBU par an.

Une ONG locale et des syndicats dénoncent un pouvoir qui « suce » les citoyens jusqu'à la moelle alors qu'ils croulent déjà sous de nombreuses autres taxes et contributions. Le gouvernement assure qu'il s'agit de cotisations « volontaires ».

Selon l'Olucome, une organisation de lutte contre la corruption, l'économie du Burundi a été totalement sinistrée par la crise qu'il traverse depuis trois ans, et la population en paie le prix fort.

65% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et un Burundais sur trois aura besoin d'une aide humanitaire d'urgence en 2018, selon les chiffres du gouvernement et le système des Nations unies. Le président de l'Olucome Gabriel Rufyiri trouve donc « aberrant » de forcer ces mêmes populations à contribuer aux élections.

« C'est pour racketter la population qui croupit dans une misère sans nom. L'Olucome demande au gouvernement du Burundi de revenir à la raison et de prévoir d'abord des projets de développement, sinon c'est vraiment continuer à sucer une population déjà misérable », estime Gabriel Rufyiri.

L'Olucome et des syndicats dénoncent également le fait qu'une même personne est souvent forcée de contribuer sous plusieurs casquettes. Fonctionnaire, chef de ménage ou encore cadre d'un ministère.

La réaction du gouvernement burundais est ferme. Le n°2 du ministère de l'Intérieur et de la formation patriotique estime que l'Olucome ne sait pas de quoi elle parle. « Ça, c'est le langage de Gabriel Rufyiri qui se trouve à l'étranger, qui ne vit pas au Burundi. Les Burundais mangent à leur faim, ils plantent, ils récoltent, mangent. Je vous dis qu'ils vivent dans les mêmes conditions que les autres pays. Et c'est d'ailleurs sur leur demande qu'ils ont fait des contributions et, dans tous les cas, le peuple burundais doit répondre aux devoirs qu'exige la Constitution de la République », explique Thérence Ntahiraja.

Le pouvoir burundais a collecté jusqu'ici environ le quart des 82 millions d'euros nécessaires à l'organisation des élections de 2020.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher