topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Disparition de Jean Bigirimana au Burundi : toujours beaucoup de questions Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

RFI, 23-07-2018

C'était un bien triste anniversaire, hier dimanche, pour la rédaction du journal burundais Iwacu. Tous les journalistes se sont présentés au siège du journal en noir pour commémorer la disparition, il y a deux ans tout juste, de leur collègue Jean Bigirimana.

Selon des témoins, le 22 juillet 2016, Jean Bigirimana avait été arrêté sur la route près de Bugarama, dans la province de Muramvya, par des agents du Service national de renseignement. Ce confrère burundais, qui aurait eu 39 ans cette année, n'a jamais été revu depuis. Une disparition qui, deux ans après, continue de soulever beaucoup de questions.

Au moment de sa disparition, Jean Bigirimana était une jeune recrue à Iwacu, déjà à l'époque l'une des bêtes noires du régime. C'était un transfuge de la radio télévision Rema, proche du pouvoir. Son oncle avait été porte-parole du chef de l'Etat. Léonidas Hatungimana avait fait dissidence juste avant l'élection présidentielle et le troisième mandat de Pierre Nkurunziza.

Mais Jean c'était un bon journaliste d'investigation et sans couleur politique, insiste son directeur de publication, Antoine Kaburahe. « C’était une nouvelle recrue. On l’avait recruté, justement, pour ses qualités de journaliste d’investigation», nous raconte Antoine Kaburahe.

En ce 22 juillet 2016, Jean Bigirimana a prévenu sa rédaction vers 11h qu'il allait faire un saut à Bugarama, sans donner plus de précisions. Vers 15h, une femme inconnue appelle le siège d'Iwacu et annonce qu'il a été enlevé. « Il a disparu, comme ça, un vendredi 22 juillet. C’est un coup de fil… Il y a eu un coup de fil vers la rédaction d’Iwacu, qui a informé le rédacteur en chef que Jean Bigirimana venait d’être arrêté. Il y avait des pistes, dont notamment cet appel téléphonique», poursuit Antoine Kaburahe.

«Depuis deux ans l’enquête semble au point mort»

Bugarama, c’est vraiment une petite bourgade. Donc, quelqu’un qui se fait arrêter là, il y a des dizaines et des dizaines de témoins ! Une enquête policière pouvait très bien remonter pour savoir ce qui s’est passé. On a donné tous ces éléments, on s’est constitué partie civile, on a introduit une plainte contre X… Je pense que Iwacu a fait tout ce qu’il pouvait pour essayer d’aider la justice, pour essayer de trouver la vérité. Mais depuis deux ans l’enquête semble au point mort. En tout cas, on n’a aucune information sur une quelconque avancée de l’enquête »

Ce sont les collègues de Jean Bigirimana qui seront les premiers à mener l'enquête. Ils interrogent des témoins qui disent que le journaliste a été emmené dans un véhicule du SNR, le service national de renseignements. Quand sur indication de la population, des journalistes d'Iwacu conduisent la police à deux cadavres en décomposition, dont l'un décapité, la justice se refuse à faire des tests ADN et les corps sont enterrés à la va-vite.

Autre point troublant, les appels entre Jean Bigirimana et un agent du SNR juste avant sa disparition. Selon des témoins cités par Iwacu, cet agent aurait lui aussi disparu quelques jours après le journaliste. Toutes ces informations ont été considérées comme non fondées par Bujumbura.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher