topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
La cavale suisse des tambours du Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

Jeune Afrique, 28 août 2018

[Chronique] - Le Burundi accuse une ambassade belge pourvoyeuse de visas d’avoir encouragé la fuite de tambourinaires en Suisse. Tension diplomatique à forts relents politiciens…

Des observateurs de la culture burundaise déploraient, en janvier dernier, un risque de disparition des tambours du Burundi, suite à un décret présidentiel qui instaurait un contrôle plus strict de ces célèbres instruments à percussion traditionnels. C’est aujourd’hui une disparition individuelle des tambourinaires que dénoncent les autorités de Bujumbura.

Fréquemment invités à se produire à l’étranger, ces fameux instrumentistes burundais n’échappent pas à la tentation de prendre la poudre d’escampette, la même qui titille régulièrement certains athlètes africains sélectionnés à des compétitions européennes. À qui la faute ? Aux chancelleries qui délivrent des visas, semblent répondre le gouvernement burundais…

Une évaporation des artistes ?

Si le dernier épisode semble banal – Bruxelles a octroyé 21 visas Schengen à des musiciens invités aux Rencontres de folklore internationales de Fribourg, du 12 au 19 août dernier -, la réaction de Bujumbura, elle, ne fait pas dans la demi-mesure. Depuis la révélation, dans un journal suisse, de « l’évaporation » des artistes, le porte-parole du gouvernement burundais accuse l’ambassade de Belgique de « manipulations et de combines », en complicité avec des « réseaux de passeurs et de trafiquants d’êtres humains », alors que l’obtention des visas n’est habituellement « pas chose facile ».

Le ministère burundais de la Culture affirme ne pas avoir été informé, au préalable, de la mission de ce groupe dont il entend légalement encadrer les prestations par des « autorisations de quitter le territoire ». Les autorités dénoncent même les artistes comme de « faux tambourinaires » dont la disparition orchestrée avait pour vocation de « ternir l’image du Burundi ».

Affaire politique

Si l’affaire prend des allures de bras de fer diplomatique, c’est qu’elle est éminemment politique. Les tambours du Burundi sont désormais dévolus à des activités conformes à leur vocation sacrée et royale. Certains déserteurs évoquent également des raisons politiques, comme des risques pour leur vie en cas de retour au pays. Les relations politiques sont également tendues entre le régime du président Pierre Nkurunziza et l’ancienne puissance tutrice de son pays, la Belgique, qui accorde volontiers refuge aux opposants politiques burundais.

Les ambassadeurs de l’Union européenne et des états membres expliquent, dans un communiqué publié samedi 25 août, que « dans ce cas, tous les documents nécessaires pour la délivrance de visas étaient réunis ». Ils contredisent même le gouvernement du Burundi, en affirmant que les formulaires de demande de visa étaient accompagnés d’un document clair de « prise en charge du groupe par de hautes autorités burundaises ».

Par Damien Glez

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher