topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

M. Frédéric Nahimana est le nouveau Ministre de la Communication et des Médias. Il a été nommé par le décret présidentiel N¤ 100/136 du 14 septembre 2018. [@rib News, 18/09/2018] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : l'économie frappée de plein fouet par la crise politique Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Analyses

@rib News, 31/08/2018 – Source AFP

L'économie du Burundi est frappée de plein fouet par la crise politique et sécuritaire que traverse le pays depuis trois ans, et qui met à mal les modestes progrès socio-économiques réalisés durant la décennie précédente, a averti vendredi le centre d'analyse International crisis group (ICG)

"Alors que le 'oui' au référendum constitutionnel du 17 mai 2018 ouvre une nouvelle phase dans la crise politique et sécuritaire en cours au Burundi, le déclin de l'économie exacerbe le risque de violence", écrit l'ICG dans un rapport.

Le pays est passé d'une croissance annuelle de 4,2% de moyenne durant la période 2004-2014 à une contraction de l'économie de 3,9% en 2015 et de 0,6% en 2016.

"Les modestes progrès économiques et sociaux" réalisés dans les années 2000 "sont maintenant remis en cause tandis que le marasme économique s'installe", a regretté l'ICG.

"Pour survivre, de nombreux Burundais doivent chercher un second emploi, pratiquer la petite corruption ou éliminer toutes les dépenses non essentielles". "Toutes les catégories de la population en paient le prix", a souligné le rapport.

"Une décennie de progrès en matière de santé et d'éducation a été balayée : de nombreux médecins ont quitté le pays, il arrive fréquemment que les enseignants ne reçoivent pas leurs salaires et l'accès aux études universitaires est menacé pour les étudiants boursiers", a ajouté la même source.

Le rapport note qu'en 2017, le Burundi ne comptait plus qu'environ 500 médecins pour une population de plus de 11 millions de personnes.

"L'économie burundaise se transforme progressivement en une économie de pénurie", résume l'ICG.

Le gouvernement, sous sanctions de son principal bailleur (l'UE) et dont les dépenses de sécurité ont explosé depuis le début de la crise, "a mis en place une politique de ponction généralisée, développé un large répertoire de ressources alternatives plus ou moins licites et sollicité de nouveaux bailleurs", Chine ou Russie, notamment.

Cette organisation appelle les principaux bailleurs du Burundi à "augmenter leur soutien à la population en renforçant les capacités des organisations non gouvernementales (...), et en limitant les risques que l'aide extérieure aggrave la dynamique de conflit au niveau local".

Le Burundi est en crise depuis que le président Pierre Nkurunziza a annoncé en avril 2015 sa candidature à un troisième mandat controversé et a été réélu en juillet de la même année.

Les violences qui ont accompagné la crise auraient fait au moins 1.200 morts et déplacé plus de 400.000 personnes entre avril 2015 et mai 2017, d'après les estimations de la Cour pénale internationale, qui a ouvert une enquête.

La réforme de la Constitution adoptée en mai par référendum ouvrait la possibilité au chef de l'Etat, au pouvoir depuis 2005, de se représenter pour deux mandats de 7 ans à partir de 2020. Mais il a surpris les observateurs en assurant en juin qu'il ne se présenterait pas à la présidentielle de 2020.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher